Suivez-nous

Musique

5 références que vous n’aviez (peut-être) pas dans “Stamina,” de Dinos

Publié

le

dinos références stamina

Dinos est un homme de références et son dernier album Stamina, en est peuplé. Retour sur cinq d’entre elles que vous n’aviez sûrement pas.

Depuis le début de sa carrière, Dinos distille avec parcimonie des références dans ses chansons. À l’aide de Genius et au colossal travail déjà réalisé depuis la sortie de Stamina, on est parti à la recherche de quelques subtilités de ce dernier opus.

Publicité

“Demain n’existe plus”

Dans “Demain n’existe plus”, Dinos se confie sur son incapacité à aimer en retour la femme qui l’aime. Le pré-refrain chanté par Dinos reprend, à quelques mots près, le refrain de la chanson de Nuttea, “Trop peu de temps” :

«Il y a trop peu de temps à vivre ici
Pour jouer cette tragédie
Si tu dois partir, je n’aurais pas de peine
S’il n’y a plus d’espoir aujourd’hui
Pourquoi jouer cette comédie si tu dois partir
Alors fais-le sans haine !»

Publicité

“Moins un”

“Moins un” s’est vite imposé comme le single phare de Stamina,. En effet, le morceau cumule plus de 3 millions d’écoutes uniquement sur Spotify et a atteint la première place du top singles de la SNEP. Dans son deuxième couplet, Dinos se compare à Trunks, personnage mythique de Dragon Ball qui vient du futur : «On m’demande d’où j’viens (ouais), j’dis “du futur” comme Trunks». Une référence bien sentie à une line de Nekfeu en 2015 qui, à l’occasion de son passage chez Grünt pour la promo de Feu, comparait déjà son équipe et lui au personnage : «On est dans l’futur comme Trunks». (à 12min31)

“Paranoïaque”

«J’marcherai jamais seul comme Sadio Mané». Dans ce morceau, Dinos fait référence à Sadio Mané, un footballeur international sénégalais évoluant au sein du Liverpool Football Club. La devise de Liverpool est “You’ll Never Walk Alone”, morceau chanté avant chaque rencontre par les supporters de l’équipe. Cette phrase se traduit par “Vous ne marcherez jamais seuls”.

Publicité

“93 Mesures”

L’outro de Stamina, est remplie de références. «J’fais des tableaux pour tuer l’temps comme si j’étais Salvador Dali», le rappeur fait ici à La persistance de la mémoire, un des tableaux les plus les connus du peintre espagnol. On peut y voir plusieurs montres fondant au sol évoquant la notion du temps à tuer. Ce morceau devait s’appeller “Confession d’un enfant du siècle” et l’histoire du nom derrière “93 Mesures” est assez marrante. Dinos a déclaré chez “Jour de sortie” sur Deezer : «J’ai commencé à faire la chanson au studio, j’étais à 64 Mesures et j’ai arrêté, j’ai dit “J’ai plus d’inspi”. Oumar m’a dit “tu tiens un truc, continue, t’arrête pas” ; j’ai continué et c’est arrivé à 93 Mesures. C’est lui qui a eu l’idée du titre.»

salvador dali temps

“Maman m’aime”

Le titre de ce featuring avec DA Uzi fait référence au morceau de Jay-Z : “Blueprint (Momma Loves Me)”. Dinos est un éternel fan du rappeur new-yorkais et va même jusqu’à le défendre corps et âme quand Camino moque ce dernier. De passage chez nous, Dinos parlait notamment de Jay-Z et du documentaire “Fade to Black”, véritable source d’inspiration pour lui. Le rappeur a même un compte Apple Music uniquement pour pouvoir écouter la discographie de Jigga. On ne fait pas plus grand fan.

“Le nord se souvient”

Dans ce featuring avec Leto, Dinos fait référence au célèbre cliché de Jacques Chirac sautant au dessus des tourniquets du métro : «Dix ans plus tôt, j’fraudais le métro comme Chirac». Sur cette line, Dinos se remémore son ancien style de vie, celui durant lequel il fraudait le métro. On comprends alors implicitement que ce n’est plus le cas aujourd’hui car avec la réussite de Taciturne, certifié disque d’or par le SNEP, le rappeur est en meilleure situation que dix ans auparavant.

chirac metro

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *