Suivez-nous

Musique

Orelsan : l’histoire folle du freestyle improvisé au Cap d’Agde racontée par son frère

Publié

le

Orelsan : l'histoire folle du freestyle improvisé au Cap d’Agde racontée par son frère

Dans une interview de Clément Cotentin parue en juillet, le réalisateur a raconté une anecdote assez folle d’Orelsan au Cap d’Agde.

Fin juillet, Clément Cotentin était invité sur la chaîne YouTube Gib Unit, un grand fan d’Orel qui suit l’artiste depuis ses débuts. Dans le cadre de cette conversation qui a duré 45 minutes, le réalisateur de Montre jamais ça à personne est revenu sur une anecdote folle qui s’est déroulée au Cap d’Agde.

L’histoire se déroule plage du Môle lorsque les deux frangins ont 17 et 20 ans. «C’est une anecdote que je devais raconter dans le documentaire Montre jamais ça à personne et pour le coup je n’avais pas d’images, et je me suis dit que je ne pouvais pas, car personne n’allait me croire. Si je racontais cette anecdote les gens allaient dire que c’était faux.»

Publicité

À lire aussi : Stromae a failli appeler son album Civilisation

Un freestyle improvisée par Orelsan pour sauver les bières

Le petit frère d’Orelsan continue son histoire et rentre dans le détail de cette soirée. Alors qu’ils étaient posés tous les deux sur plage, ils se font interpeller par un groupe qui squattait dans les alentours. «On était en train de boire des bières sur la plage au Cap d’Agde, et il y a un petit groupe qui squattait avec un pit, il rôdait tous les soirs. Nous on buvait nos bières et ils se rapprochent, on s’était dit qu’on allait se faire taxer quelque chose. Les mecs nous parlent et commence à nous taxer nos bières. Du coup on prend nos sacs à dos, on se casse.»

Publicité

Clément poursuit en expliquant que l’une des personnes du groupe leur a alors demandé de rapper pour récupérer leurs bières : «Et 20 mètres plus tard, un des gars nous dit : « Oh les gars, si vous voulez récupérer vos bières faut rapper » Du coup je regarde Orelsan, et il me dit « Ok j’y vais ». Les mecs avaient un poste avec une instru, et Orel commence à rapper un de ses couplets de l’époque, je pense qu’il y avait des petites phases de « Courez courez ». Orel’ rappe deux phases et BOUM, le mec nous rend nos bières. Du coup on parle avec eux et on se casse avec nos bières. C’était une scène de 8 Mile.» Clément conclut : «J’aime bien cette anecdote car Orel raconte souvent qu’il craquait sous la pression, mais finalement quand il faut se mettre un coup de pression et l’assumer, il est trop fort pour ça.»

À lire aussi : Booba donne son avis sur le titre “Booba” de Bigflo & Oli

Publicité

Le passage en question est à retrouver ci-dessous à 36:18.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *