Suivez-nous

Musique

Le jour où Laylow a ramené une Lamborghini dans un camp de réfugiés syriens

Publié

le

laylow lamborghini mercy

Il y a quatre ans sortait Mercy, le premier EP de Laylow. Très en avance musicalement, le rappeur toulousain proposait déjà un curieux mélange entre musique et digital.

Quand le projet sort, la cover divise l’opinion publique. On y voit Laylow poser devant une Lamborghini jaune en plein Paris. Ce qui choque toutefois, c’est le lieu du shooting : un camp de réfugiés syriens sous un métro parisien. L’artiste souhaitait volontairement marquer l’indécence d’une voiture de luxe dans un cadre plutôt particulier. Faire le contraste entre quelque chose de beau et triste à la fois.

Publicité

«C’était spécial de ramener cette voiture là en plein milieu du camp, raconte Laylow auprès de SURL. Certains passants pensaient que c’était une œuvre d’art, une performance artistique, pendant que d’autres me disaient que ça ne se faisait pas. Les avis divergeaient de ouf !» 10′, troisième single du projet, montrera les backstages de cette cover bien osée (à 3min33), où l’on voit les jeunes syriens se prêter au jeu de la photo. Ils rejoignent l’équipe de Laylow, prennent la pose avec eux et participent à renforcer l’âme de la photo. Certains croisent les bras pour se donner de l’attitude, d’autres regardent timidement l’écran : Laylow saisit ce contraste qu’il cherchait à atteindre.

À découvrir également : l’histoire sulfureuse de la cover de Trinity

Publicité

Laylow joue avec les interprétations

Laylow, lui, regarde vers l’horizon. À ses pieds, la photo de la Lamborghini, enfermée dans le cadre jaune caractéristique de la cover. Elle peut être interprétée d’une multitude de manières. D’abord, son puissant contraste pourrait dégager une volonté d’unifier autour du symbole délicat que propose le véhicule. Aussi, on peut également y voir, comme le relevait SURL, d’une quête commune de réussite vers la ville parisienne.

Derrière cette cover se cache le duo TBMA, les initiales de Travis Bickle (Taxi Driver) et Mr. Anderson (Matrix). En réalité, ces noms sont des alias pour Osman Mercan et Laylow lui-même. Osman Mercan, ou Manos, se charge depuis toujours des visuels de Laylow, des clips aux covers. Le duo a aussi réalisé bon nombre de vidéos pour d’autres rappeurs. “Martin Eden” et “Mal Aimé” de Nekfeu, “Les Princes” de la MZ ou encore “Godzilla” de Hamza : Osman et Laylow ont vite imposé leur style futuriste et digital au monde du rap francophone.

Publicité

Dans le reste de l’actualité, Kid Cudi parle de l’influence de Travis Scott

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *