Suivez-nous
laylow trinity laylow trinity

Grands Formats

Il a recréé le logiciel “Trinity” de Laylow et il nous en parle

Publié

le

À 19 ans, Pierre a recréé le logiciel “Trinity” de Laylow dans une expérience virtuelle prenante et musicale. Un brillant projet, validé par le principal concerné, qui témoigne de toute la créativité de la communauté rap. 

C’est en arrivant sur un site Internet entièrement noir que l’on comprend. Là, apparaît simplement la pochette de Trinity et, dans un vert digitalement intriguant s’inscrivent trois mots : “Exécuter le programme”. Le programme s’initialise, la voix de Trinity transporte l’utilisateur, et l’expérience commence. Trinity a pris vie. Le logiciel sorti tout droit de l’esprit virtuose de Laylow dans son premier album a été recréé de toute pièce par un fan convaincu que l’expérience ne pouvait s’achever sans une plongée véritable dans le monde virtuel.

Il s’appelle Pierre, ou Mister Juiice. Il n’a que 19 ans et son talent bouscule les frontières de plus en plus minces qui séparent la musique du digital. «La première fois que j’ai écouté l’album, j’avais l’impression de découvrir un nouveau style de musique. Laylow a vraiment créé un environnement et une ambiance dans laquelle je me suis vite retrouvée et ça m’a beaucoup inspiré», explique-t-il.

Trinity, l’album, est sorti fin février. Quelques semaines plus tard, début avril, l’artiste se lance dans un prototype. «J’ai remarqué que personne n’avait eu l’idée avant moi de créer un prototype dans le thème de Trinity dans une version web accessible pour tout le monde. J’ai surtout créé ce logiciel pour tester mes capacités à pouvoir développer un site web de ce genre», reconnaît-il. L’initiative plaît, et Pierre poursuit.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Évolution du prototype TRINITY 🧪 laylow.netlify.app 👀

Une publication partagée par Misterjuice (@misterjuiice) le

«Des sites web pourraient influencer le monde de la musique ainsi que le monde du digital»

Le site web reprend l’ossature de l’album. Après l’initialisation, un code à trois chiffres doit être rentré. Ensuite, s’opposent deux parcours, déclinés sous les formes de pilule rouge et bleue, comme dans Matrix. Avec la pilule bleue, l’histoire s’arrête, tandis qu’avec la pilule rouge, «tu restes au pays des Merveilles, et je te montre jusqu’où va le terrier.» Là, démarre le logiciel de stimulation émotionnelle vendu par le disque de Laylow. On retrouve alors la trame des différents outros et interlude qui dessinent l’histoire entre le rappeur et le logiciel. L’atmosphère promise par le site, qui sculpte cet univers artificiel, entrecoupé des clips et de références, est une alternative enivrante à la compréhension de l’opus.

Plus qu’un fan-concept habituel, le projet de Pierre ouvre de réelles perspectives quant à l’avenir de la musique et sa manière de l’écouter et de la vivre. «Je pense que beaucoup de personnes ont eu des émotions sur le logiciel que tu n’as pas en écoutant l’album. Là il y a avait une interaction avec l’utilisateur, il se sent plongé dans le monde de Trinity», affirme-t-il. Et au-delà de Trinity, l’artiste se plaît à imaginer une oeuvre qui couplerait la musique et le digital. «Aujourd’hui aucun artiste ne prend le temps de développer un vrai site web ou un vrai monde sur le monde du digital en faisant des liens avec leurs projets, poursuit-il. Sauf Travis Scott et quelques rappeurs qui sortent du lot. Mais je pense que des collaborations pour des applications mobiles et même des sites web pourraient influencer le monde de la musique ainsi que le monde du digital.»

Mister Juiice précise qu’il aimerait continuer à travailler avec des artistes. «Je voulais toucher un maximum de personnes, et je viens de voir que Laylow a liké le post présentant mon logiciel sur Twitter donc je pense avoir atteint l’objectif que je voulais», continue-t-il en précisant rêver de pouvoir collaborer avec lui «sur un projet d’une plus grande envergure». Et on lui souhaite : ce nouveau logiciel, tout droit sorti de l’imagination d’un fan inspiré, témoigne du talent qui bourgeonne dans la communauté rap. Vous aussi, faites l’expérience de Trinity ici-même.

Et aussi : on a parlé avec le gagnant qui réalise la cover de “La machine” de Jul

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *