Suivez-nous

Culture

Maxime Biaggi répond aux critiques sur les invités de “Zen”

Publié

le

maxime biaggi zen

Après les deux premiers épisodes de la saison 3 de Zen, Maxime Biaggi est revenu sur les retours du public sur ses nouveaux invités. 

«Pour vous dire la vérité, on savait que les gens allaient être ronchons», rit jaune Maxime Biaggi. Le présentateur de Zen est revenu en live sur le début de la saison 3, après la diffusion des deux premiers épisodes avec Soso Maness et Ahmed Sylla. Deux personnalités qui n’ont pas fait l’unanimité auprès du public de l’émission. «Je commence à y être habitué parce que dès qu’on annonce un invité, ça pleure, ça dit que c’est finito, que l’émission devient la télé… Tous les 15 jours il y a une sauce parce que l’invité n’est pas assez bien», soupire Maxime Biaggi.

L’animateur poursuit : «J’ai l’impression que qui que ce soit qu’on invite, ce sera comme ça. Vu qu’avant, on était les petits qui faisions des trucs, ça nous soutenait. Je ne comprends pas trop cette mentalité, je la trouve un peu naze. À un moment, on invite des gens parce qu’ils nous font rire, parce qu’on a l’opportunité de les inviter». Et en effet, la popularité de Zen a explosé ces derniers mois, au point d’organiser la dernière de la saison au Zénith de Paris avec Squeezie. Cette troisième saison représentait ainsi un véritable défi.

Publicité

Maxime Biaggi : «On pré-shot ce que les gens vont nous dire en cités»

Mais Maxime Biaggi défend le choix d’Ahmed Sylla. «Quand je revenais des cours et que je regardais “On n’demande qu’à en rire”, la vie de ma mère que j’étais content, continue-t-il. J’aimais bien. Donc ça me fait plaisir de l’inviter. Mais bon, bizarre les gens». Et de conclure que toutes ces critiques sont anticipées : «Quand on fait les réunions, on pré-shot ce que les gens vont nous dire en cités. Et à chaque fois, ça dépasse nos espérances».

Pourtant, l’ambition de Zen a grossi pour cette nouvelle saison. Maxime Biaggi et Grimkujow prennent place dans un studio flambant neuf avec encore davantage d’audace dans le décor et les scènes fictives. Et en ce qui concerne l’humour de l’émission, là encore, le tandem a gardé son univers intact. Dans le reste de l’actualité, Zep explique pourquoi son fils n’a jamais lu “Titeuf”.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *