Suivez-nous

Culture

Nekfeu en gilet jaune : il manifeste dans les rues de Paris

Publié

le

Nekfeu en gilet jaune : il manifeste dans les rues de Paris

Pour le premier anniversaire des Gilets jaunes, Nekfeu s’est dévoilé sur son compte Instagram en tunique, participant à la manifestation. 

Comme quoi, on peut clairement afficher 400 000 ventes en compteur, et être conscient des revendications du peuple français. Sur son compte InstagramNekfeu s’est affiché gilet jaune sur les épaules, capuche sur le crâne et masque sur le visage. « Joyeux anniversaire », relève sobrement le rappeur, qui s’empresse de filmer le chaos sur une place d’Italie emprunt à de tristes événements, ce samedi après-midi.

Cette petite capsule vidéo proposée par l’artiste est accompagnée de trois autre clichés, dévoilant le portrait de plusieurs Gilets jaunes. Nekfeu légende simplement « Le courage », orné d’un coeur, pour accompagné les différents clichés. La dernière photographie est tirée d’Antoine Durand. On y voit une personne âgée, arborant un gilet jaune, avec le message : « 87 ans, Manu, je t’emmerde. On ne lâche rien ». Cette semaine, les Gilets jaunes fêtaient leur un an d’implication et de manifestation. 

« J’suis sûr qu’eux aussi ils aimeraient cogner Macron »

Nekfeu, donnant peu d’interview, ne s’est jamais clairement exprimé sur les Gilets jaunes, même à travers son dernier album. Le mouvement semblant pourtant en accord avec ce que l’artiste laisse transparaître de sa philosophie sociale. Côté politique, l’artiste s’était simplement offert un petit skud à Emmanuel Macron avant qu’il ne devienne Président de la République. « J’suis sûr qu’eux aussi ils aimeraient cogner Macron », soufflait-il dans “Squa“.

Toutefois, l’engagement politique de Nekfeu ces derniers mois semblent anecdotiques, l’apparence fantôme de l’artiste empêchant toute interprétation. Cette prise de partie forte, pour le premier anniversaire du mouvement caractérise l’engagement d’un artiste impliqué dans la justice sociale de son pays. Une implication qui, une nouvelle fois, coïncide avec les propos d’un artiste, surjouant presque la carte solidaire dans son dernier opus Les étoiles vagabondes.