Suivez-nous

Musique

Orelsan : cette séquence finalement pas retenue dans “Montre jamais ça à personne”

Publié

le

orelsan (1)

Clément Cotentin a confié qu’il avait initialement pensé à ajouter une séquence dédiée aux petits rôles d’Orelsan dans Montre jamais ça à personne

Voilà près d’un an que Clément Cotentin a révélé Montre jamais ça à personne, la série-documentaire dédiée à son grand frère Orelsan. Fruit d’un travail étalé sur plusieurs décennies, le projet regroupe une quantité d’archives inestimables, répartis via des axes précis qui omettent forcément une partie de la vie du rappeur. Par exemple, la série se concentre longuement sur le travail d’Orelsan en tant que veilleur de nuit, là où il a tourné ses premières vidéos MySpace. Un début de parcours professionnel relativement raccourci, comme le raconte Clément Cotentin, qui s’est d’ailleurs exprimé sur la deuxième partie de Montre jamais ça à personne.

«Je voulais faire à un moment dans la série tous les petits boulots qu’il a fait. Il a bossé à Quick, il a fait le guichet dans les banques», se souvient le réalisateur. Orelsan a également travaillé dans une usine de tri pendant deux mois, ce qui lui a permis de mettre la main sur sa première MPC. D’ailleurs, Clément Cotentin précise que la plupart de ces petits boulots a été recensée dans un titre des Casseurs Flowters : “Prends des pièces”. Dans celui-ci, les deux compères rappent justement à propos de leurs différents jobs.

Publicité

Aussi : Booba parle du niveau d’Orelsan et évoque leur projet The Voice

Clément Cotentin, Orelsan et sa première MPC

«Je pense que la plupart des jobs qu’Orel donne, ce sont de vrais jobs, décrit-il. Gringe aussi d’ailleurs, c’était les rois des petits boulots». Il ajoute d’ailleurs que cette mentalité de labeur découle de sa famille. «Nos grands-parents étaient commerçants, et les autres grands-parents étaient agriculteurs, donc la notion de travail dans notre famille était hyper importante. Dès que tu étais en âge de bosser, il fallait que tu trouves un petit boulot».

Publicité

Aussi : Bigflo choisit son feat préféré d’Orelsan : «Il n’y a pas eu de meilleurs feats d’Orel que celui-là»

Clément Cotentin se souvient également qu’Orelsan, qui a félicité un fan pour son cosplay incroyable en concert, était capable de trouver des jobs provisoires pour ensuite s’offrir des choses qu’il convoitait comme justement cette MPC, qui lui a permis de concevoir ses premières instrumentales. Cette anecdote amusante témoigne également des choix qu’a du faire le réalisateur dans la conception de la série-documentaire, pour illustrer le plus justement possible, et dans la contrainte du nombre d’épisodes, le parcours de son frère. Aussi : Orelsan : ce morceau de sa discographie qui a vexé Gringe.

Publicité

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *