Suivez-nous

Musique

Il recense les pires punchlines du rap français

Publié

le

kaaris licorne
@cestpasunfilm_

Sur Twitter, un internaute s’est lancé le défi de recenser les pires punchlines du rap français. On y retrouve du Kaaris, du Seth Gueko, mais aussi du Orelsan.

On parle souvent des meilleures punchlines, mais quid des pires ? Sur Twitter, un certain K1000 s’est lancé dans un long thread d’une quarantaine de tweets, dans lequel il recense les pires punchlines de l’histoire du rap français. Aucun critère sur la sélection des artistes, puisque l’on retrouve aussi bien Orelsan, Kaaris, Booba que Nekfeu. Seule caractéristique commune : la médiocrité du vers.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que se construisent naturellement plusieurs styles de mauvaises punchlines. Les punchlines absurdes, d’abord, qui appartiennent généralement à des artistes aux univers volontairement loufoques, à l’image de Seth Gueko, Alkpote ou dans une moindre mesure Kaaris. «J’te pose ma uequ’ sur le front, voilà qu’tu te prends pour une licorne», relève d’ailleurs Kaaris dans cette phase imagée, qui prend plus la forme d’une blague potache. Presque de quoi faire de la concurrence à Seth Gueko : «Elle n’est pas poissonnière, mais sa chatte pue le poisson». Très classe.

«Pour t’oublier j’ai dû t’imaginer en train de ch*er»

Sont également recensés tout ce qui tourne autour de la puérilité enfantine, marquée par le vaste champ lexical du “pipi-caca”. On notera du Lacrim avec : «Frère si j’sors la AK, j’sais qu’ils font tous caca» ou encore du Rohff : «Ma b*te n’a pas d’oeil mais elle a du flaire, tu pues du cul». Absente du thread, on aimerait également en placer une pour l’habituel très inspiré Nekfeu, sur son feat avec Rim’K : «Mais ces rappeurs plein d’idioties font pipi assis». Sans oublier l’immanquable : «Pour t’oublier j’ai dû t’imaginer en train de chier» de Gims.

Reste enfin une dernière catégorie : celle des tentatives de punchlines qui ont fait pshit. On retrouve du Orelsan, lors de sa collaboration avec Dabs : «T’as pris l’melon, maintenant t’es vendeur de melons»Toujours dans la thématique culinaire, Maes a également quelques arguments avec : «J’suis dans une sacrée salade il m’faut deux avocats». Booba ne déroge pas non plus à la règle avec une référence carrément à côté de la plaque : «J’suis tombé dedans quand j’étais tit-pe, #Astérix». Manqué.

On vous laisse découvrir l’intégralité du thread, qui reste finalement assez exhaustif, étant donné l’immensité de punchlines manquées du rap français.

Dans le reste de l’actualité, le jour où Damso a posé un lapin à “Planète Rap”

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *