Suivez-nous

Musique

DJ Elite, Lord Esperanza, Loud, Tortoz : vendredi c’est sorties

Publié

le

DJ Elite, Lord Esperanza, Loud, Tortoz : vendredi c'est sorties

Comme chaque semaine, vendredi rime avec sorties. Alors, dans le panier bien fourni du vendredi 24 mai, nous avons droit aux albums de Dj Elite, Lord Esperanza, Loud et Tortoz.

La semaine est en train doucement de se clôturer, et il est grand temps de faire un petit récapitulatif sur les sorties musicales qui pourront trouver un intérêt à vos esgourdes. Gâtés par les sorties de Tyler The CreatorDavodka et de Zed Yun Pavarotti il y a déjà sept jours de cela, la livraison de ce 24 mai n’est pourtant pas en reste. Alors enfilez vos écouteurs, car cette semaine on voyage de Montréal à la ville lumière, avec une petite escale au Studio Blackbird.

Dj Elite – Blackbird 

Il faut reconnaître que nous l’attendions avec impatience. Et qui pourrait nous blâmer ? Le premier projet du maître du Blackbird Studio aux commandes notamment sur FeuSeine Zoo ($-Crew), ou même Jeunes entrepreneurs (L’entourage), qui n’a pas lésiné sur son carnet d’adresse pour les invités de l’album. Un tracklist qui en dit long pour la jeune génération : Doums, PLK, Georgio, Tengo John, 2zer, Di-Meh… témoigne de la diversité musicale dont est empreinte l’album. PLK kicke fort sur “Billets”, mais peut-être pas aussi fort que Georgio sur “J’avance”,  Di-Meh et Slimka viennent planer sur “Pourquoi tu m’parles”, le bilinguisme entre Aaron Cohen et Kemal est plus qu’efficace sur “Don’t Really Know”.

Lord Esperanza – Drapeau blanc 

Tout ce qui faisait la richesse et l’originalité du poète maudit Lord Esperanza semble rassemblé dans ce premier album. Son Drapeau blanc, qui alterne entre des morceaux apaisant tel un bruit blanc, puis ce vague-à-l’âme et cette agitation qui l’habitent et se ressentent dans sa musique. Comme à son habitude, il jongle entre les styles et les thématiques,  traversant le “Pont des paradis perdus” avec un flow et une prod’ dans les nuages, pour ensuite se laisser détoner sur “Dégénérer”, kicker sur “Ola”, et finir par se demander ce qu’il se passerait s’il mourrait demain. Une musique très personnelle encore, où la mélancolie qui semble rythmer son existence vient se mêler à certains égo-trip puis excès de spleen. Le tout sur les prod’ sublimes de Majeur-Mineur.

À LIRE
Comment Netflix profite d'un visa pour diffuser "Les étoiles vagabondes" ?

Loud – Tout ça pour ça 

« Ils disaient  : le rap québécois passera jamais les 10 000 » (“Médailles”). Mais si quelqu’un doit faire dépasser ce pallier, c’est bien Loud. Ce flow bilingue avait fait la richesse de son projet Une année record, et reprend déjà du service pour Tout ça pour ça. Le refrain dansant de “Jamais de la vie”, le kickage de “Médailles”, le presque banger “Salles combles”. Loud vient valider son statut de porte-étendard du rap québécois à l’échelle internationale dans un album de grande qualité.

Tortoz – Roze

L’homme de Grenoble n’est pas à son premier coup d’essai. Après New Ventura dévoilé en 2018, Tortoz revient avec un projet à la teinte rosée. 14 nouveaux tracks, dont 4 featurings avec Cheu-B, Di-Meh, Slimka, Yaro, Shobee et Madd. L’opus s’ouvre avec une introduction intitulée “Pink”, titre d’ouverture de 2 minutes qui nous plonge immédiatement dans l’ambiance. Rimes maîtrisées, flow tranchant, cet album devrait vous permettre de passer un bon vendredi chargé en sorties.