Suivez-nous

Musique

Comment le S-Crew a utilisé la puissance de Nekfeu sur “Destins liés” ?

Publié

le

s crew nekfeu
© Ojoz

L’album Destins liés sortait il y a quatre ans. L’occasion d’observer comment le S-Crew s’est servi du succès de Nekfeu comme d’un argument de vente.

Le 17 juin 2016, le S-Crew sortait son album Destins Liés. Un disque de platine et quatre années plus tard, force est de constater que ce projet a connu un large succès. Et à l’époque, afin de porter leur album le mieux possible, les quatre membres du groupe ont choisi de faire du succès de Nekfeu un argument fédérateur, dans un contexte où Nekfeu avait complètement explosé après le triomphe populaire de Feu. 

Le MC s’est définitivement taillé une place de roi dans le rap français, contrairement au reste du crew. 2zer, Framal et Mékra n’ont quant à eux pas encore sorti de projets depuis leur participation à Jeunes entrepreneurs en 2014. Alors forcément, quant parmi les 4 membres du groupe, l’un est devenu une star, autant s’appuyer sa notoriété pour donner plus d’impact à ses créations. Une dominante qui se ressent très fortement sur Destins liés.

Et aussi, 1995, Vald, Lomepal, S-Crew : des anciens morceaux déterrés

Un S-Crew sous l’égide de Nekfeu

Les bases du fonctionnement de Destins liés commence quelques mois avant la sortie du projet. Durant cette précieuse année 2015, durant laquelle Nekfeu a retourné le rap français. Sur Feu, le quatuor se retrouve sur le morceau “La moue des morts”. Pas la chanson la plus marquante du projet, une présence malgré tout. On retiendra plutôt cette phase que Nekfeu lâche dans “Martin Eden, qui en dit long sur ses projets avec le S-Crew : «Je vais transformer en s dollar le s du S-Crew». Le fennec veut faire briller son groupe.

Puis, le 4 décembre 2015, Nekfeu fait à nouveau appel au S-Crew sur la réédition de son album. Et cette fois-ci, le processus n’est plus le même, puisque le morceau “Question d’honneur” prend une place plus centrale dans la réédition. Avec un joli clip le 11 décembre, le morceau redonne une dimension visuel au collectif. Feu lâche les premières étincelles de la flamme du S-Crew, avant Destins liés. Dès les premiers morceaux de ce nouveau regroupement, Nekfeu adopte la posture de solide pilier du groupe.

Jusqu’à l’exercice de la promo

En ce qui concerne Destins liés, la promotion fonctionne selon un schéma similaire à celui de Feu. C’est-à-dire faire parler de soi, encore et encore. Et si les médias rap prennent le soin de se concentrer sur les quatre membres du groupe, ce n’est pas vraiment le cas des médias plus généralistes.

«C’est au tour de Nekfeu, et tout le groupe S-Crew !», tels sont les premiers mots de Laurent Ruquier pour présenter ses invités dans son émission On n’est pas couchés. Nekfeu est assis face aux chroniqueurs, 2zer, Framal et Mékra se contentent de sièges sur le côté. Sans compter sur le speech de Yann Moix, qui parle de Destins liés comme s’il était le second album de Nekfeu, plutôt que le premier du S-Crew. S’il ne s’agit pas d’une stratégie préméditée, c’est pourtant bien ce qu’il est ressorti de ce tour d’horizon des plateaux télés. Nekfeu, puis le S-Crew.

Nekfeu, colonne vertébrale de Destins liés 

Mais plus que dans la stratégie commerciale, c’est tout l’album qui est construit sur ce modèle. Quel que soit l’ordre de passage, Nekfeu est le plus souvent celui qui envoie les premiers couplets, à sept reprises précisément. Il est intéressant de noter que c’est lui qui commence les 7 premiers morceaux de l’album (!). D’ailleurs, au total, la voix de Nekfeu apparaît en première sur 10 des 16 morceaux de Destins liés (que ce soit à travers un refrain, un couplet ou une introduction). Sans pour autant kicker le premier, sa voix traîne toujours ci et là dans les premières secondes des chansons. Le S-Crew compte clairement sur lui afin de rendre les morceaux attractifs, pour faire en sorte que l’auditeur ne décroche pas l’oreille.

Et le constat est encore plus flagrant au niveau des refrains. Nekfeu est présent sur 11 refrains, soit 65% de l’ensemble des titres de Destins liés. “On va le faire”, “Démarre”, “J’aurais pas dû”, “Félins” : tant de morceaux iconiques du projet, où la voix de Nekfeu prend possession des refrains. D’ailleurs, ils sont comptent tous parmi les plus gros succès de l’album, ayant eu droit à un clip. Dernière statistique : sur les sept morceaux disposant d’un visuel, Nekfeu fait le refrain à six reprises.

Ces données sont d’autant plus intéressantes lorsqu’elles sont mises en parallèle avec le précédent projet du collectif, Seize Zoo. Dans celui-ci, Nekfeu plaçait sa voix sur 6 refrains, l’album comptant au total 17 morceaux (sans compter l’introduction). Chiffre flagrant : il n’a le premier couplet qu’à 5 reprises, l’ouverture des morceaux étant également beaucoup plus répartie.

Le cheval de Troie du S-Crew

Bien évidemment, l’idée de ces données n’est pas de blâmer qui que ce soit, mais plutôt d’observer à quel point le succès de Nekfeu a influé sur la construction de l’album. Certainement que les membres du collectif se sont appuyés sur la capacité fédératrice du rappeur pour en dégager toute sa force commerciale et artistique. Il est important tout de même de relever que Nekfeu a toujours affiché une propension pour les refrains au sein du groupe, laquelle semble s’épaissir au fur et à mesure de son explosion dans les charts français.

Tandis que Destins liés souffle désormais sa quatrième bougie, la distance de force commerciale entre Nekfeu et les trois autres membres du groupe est plus forte que jamais. Il faudrait plutôt la voir comme une force, plutôt qu’une faiblesse, malgré tout. En juin 2019, Nekfeu avait couplé sa notoriété à celle de 2zer pour offrir de la visibilité à son projet Décisions, publié quelques jours avant Les étoiles vagabondes. L’écart est tout de même flagrant : quand 2zer n’a vendu que 500 exemplaires en première semaine, Nekfeu en enregistrait 47 000.

D’ailleurs, lors de la publication du clip de “Clan” où 2zer invite les membres du S-Crew (et Nekfeu est encore au refrain), l’hôte avait été retiré du titre sur YouTube au profit de la simple mention “S-Crew”. Comme si l’artiste s’avouait pas assez bankable pour cumuler les vues, et préférait céder sa place au collectif. Une stratégie criante.

Dans le reste de l’actualité, D’où vient ce regain d’intérêt pour “On verra” de Nekfeu ?

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 SAS INTERLUDE MÉDIA