Suivez-nous

Musique

Derrière chaque couplet de “Bande organisée” se cache une référence à Jul

Publié

le

octobre jul bande organisée

Derrière les multiples titres honorifiques qu’elle s’accapare, la bande organisée de Jul a tenu à rendre un hommage aussi malin que génial à leur hôte.

Elle ne manque pas d’imagination, cette troupe phocéenne. Alors qu’elle vient de dépasser les 100 millions de vues sur YouTube, en s’ornant également d’un disque de diamant, la bande organisée de Jul, a aussi dissimulé au coeur de ses couplets des références bienvenues. En effet, en décortiquant chaque performance des artistes présents sur le titre collectif, on s’aperçoit que chaque invité a tenu à adresser un clin d’oeil à Jul, le fédérateur hôte de cet hymne à Marseille qui a réuni la scène marseillaise sur le prochain 13’Organisé. On a analysé tout ça.

Publicité

Jul ne manque aucun couplet

SCH commence le morceau. Outre son «oui ma gâtée», déjà culte, l’artiste demande également : «Wesh alors, ma race, tranquille ou quoi ?» Une référence évidente à l’un des plus gros classiques de Jul, “Wesh alors”, publié en 2015 dans l’album My world. On reste dans les tubes à l’occasion du second couplet de Kofs, où il parle dès l’ouverture d’une certaine Tchikita. Également un clin d’oeil au titre éponyme de Jul, tiré de son deuxième album gratuit. Tchikita a même le droit à une apparition dans le clip de “Bande organisée”, alors même que le titre originel de Jul n’avait pas été clippé.

On passe au-dessus de Jul et du refrain pour arriver à Naps. Là, on à affaire à plusieurs références bien senties. D’abord, le “T-Max”, qui rappelle le titre “En Y” de l’auteur de La machine, mais également le “casque araï”, une référence récurrente dans l’univers de Jul. Sur son album gratuit volume 5, l’artiste DPC avait même posé sur un titre nommé “Casque araï”. Enfin, comment évoquer Naps sans parler de son désormais inévitable : «Le J, c’est le S». Pour Soso Maness, on notera l’allusion au nom du label de Jul : «Yo, j’vise l’or, le platine».

Publicité

Elams, lui se contente simplement d’un «comme l’OVNI», pour conclure son couplet. Une référence au surnom de Jul attribué dans son titre “On m’appelle l’OVNI”. Pour Solda, le clin d’oeil est plus subtil : il fait écho à sa phrase : «On les rend amis : ennemis». “Amis ennemis”, c’est le nom d’un ancien morceau de Jul, dévoilé en 2015. Un titre plus méconnu, qui n’est d’ailleurs même pas disponible sur les plateformes de streaming. Impossible, toutefois, de manquer l’allusion de Houari, qui reprend le gimmick de “Au quartier” : «Au quartier y’a d’la vente d’armes».

Ces multiples références ne font que solidifier le culte voué à Jul, organisateur de cette mixtape 13’organisé. Reste à savoir, désormais, si ces easter-eggs éparpillés tout au long du morceau étaient bien volontaires, d’un commun accord, où s’ils ne sont que le fruit du hasard.

Publicité

Dans le reste de l’actualité, “Défaite de famille” : quand la mère d’Orelsan raconte sa première écoute

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *