Suivez-nous

Interviews

Di-Meh : «Mes sons c’est des seums que je transforme en force !»

Publié

le

di-meh mektoub

Quelques semaines après la sortie de son premier album MEKTOUB, on eu l’occasion de discuter avec Di-Meh. Le rappeur suisse, nous a parlé de ses nouvelles ambitions et du message fort retranscrit dans cette nouvelle aventure. 

On le rappelle ton dernier projet, Fake Love. date de 2019. C’était il y a 2 ans, presque jour pour jour, comment tu te sens aujourd’hui ?

Je suis serein. Là, déjà, c’est cool le clip avec Lefa est bien parti. On a bien travaillé sur les visuels, mais là on se concentre sur la suite et les clips qui vont arriver et sur la promo en général.

Publicité

Tu as participé à la réalisation du clip de « Bleu Pâle » ?

C’est Natas qui l’a réalisé et il fait partie de moi, vu que ça fait longtemps qu’on travaille ensemble nos deux identités se sont entrechoqués. La réalisation s’est faite naturellement, je me dois de progresser avec les miens. Pour ce clip on a mis un gros budget, ça change des clips à bas budget qu’on fait d’habitude avec Natas. On a mis la gomme et ça fait super plaisir de voir des beaux résultats comme ça !

Tu nous parles de « Bleu pâle » en featuring avec Lefa, comment s’est faite la collaboration ?

Le feat avec Lefa s’est fait à distance à cause du Covid, on n’a pas pu se retrouver physiquement, malheureusement.

Publicité

On sait que toi, comme tes camarades de route, Makala et Slimka, avez beaucoup misé sur la scène pendant votre carrière, comment vous avez appréhendé les restrictions liées au Covid ?

Avec tout ça j’ai vraiment eu le temps de me recentrer sur moi-même, on était sur les routes tout le temps et on n’avait pas beaucoup de temps pour faire de la musique. On était dans un autre lifestyle, on faisait de la musique, mais avec le Covid on a pris le temps de faire de la vraie bonne musique. Même en général, depuis le Covid les artistes servent tous de la musique de qualité.

MEKTOUB est aussi un projet que tu as pensé pour la scène ?

Publicité

Je ne l’ai pas pensé exprès pour la scène, mais ça va avec moi, donc c’est sur que je vais bien interpréter cet album sur scène. Y’a des sons qui tapent fort comme y’en a qui sont calme mais qui peuvent devenir aussi fort sur scène. Par exemple « Marocchino » peut être un bon morceau de live.

Tout au long de MEKTOUB on te devine voyager entre l’Algérie et le Maroc , dont sont issus tes deux parents. Qu’est ce qui t’as poussé au rendre autant hommage à tes origines dans cet album ?

Ma mère est marocaine et mon père est algérien, donc c’était important de rendre hommage à mes origines. L’album s’appelle MEKTOUB, pour commémorer l’ancien resto que mon daron avait avec son frère. Ça m’a paru logique de l’appeler comme ça aussi par rapport aux références que je fait dans l’album via les samples. Dans la production musicale on s’est vraiment triturer le cerveau pour faire des trucs qui viennent de chez nous !

Et d’où viennent les mini interludes en fin de morceaux ?

C’est la voix d’un chauffeur UBER avec qui j’ai parlé de l’Algérie et de la musique algérienne et la fin de « Marocchino » est un enregistrement d’un mec qui parle dans un souk au Maroc. Il avait beaucoup d’inspi ! C’est nous qui avons fait tout le sound design, les bruits de Medina et ce qui va avec, on a tout reproduit en studio.

On t’a aussi souvent entendu, en interview, parler de Genève comme une véritable terre de mixité, on le ressent dans ton album, entre raï, afrobeat, baile funk et même electro, c’était un critère important pour toi de mettre toutes ces influences dans ce premier album ? C’est une manière de représenter ta ville ?

À Genève il y a le plus de langues différentes parlées en même temps, vu que tous les gens sont issus de la première génération d’immigration, tout le monde parle dans sa langue maternelle. En 24h y’a un ratio de langue différentes qui se parlent dans cette ville…C’est incroyable ! Moi j’ai rappé avec des Erythréens, de Somaliens, des Galsen, des Congolais, des Latinos, des Colombiens, des Dominicains, des Mexicains, des Albanais.

Maintenant ça fait partie de moi : j’ai des slangs dans ma ville qui sont très différents que ceux en France ou dans une autre ville. Il y a une très grande communauté latino et brésilienne, du coup on connait tout leur argot et leur langage. En plus, ce qui est cool à Genève c’est que personne n’est parqué. Il y a des banlieues, mais tout le monde vit mélanger : dans ton bâtiment il y a de toutes les origines. Genève c’est une petite ville, mais tout le monde habite ensemble.

Avec toutes ces sonorités différentes présentes sur MEKTOUB, tu envisages une tournée à l’étranger ?

C’est carrément la vision du projet, l’exporter à l’international et à la France. Diffuser en France des sonorités qui n’s’y retrouvent pas habituellement et pas rester dans des codes rap français et se mettre de barrières.

Du coup ça a été une volonté de bousculer le rap français et francophone ?

Oui de ouf ! Et encore j’ai pas fait les feats internationaux, j’attends la réédition du projet pour les sortir !

On te sent beaucoup plus introspectif aussi sur ce projet, même soucieux de tes proches et de leurs conseils. Tu as eu de nouvelles priorités avec la création de MEKTOUB ?

Tous les projets que j’ai pu faire quand j’étais en tournée, j’était dans un mood différent. On était sur les routes à fond et c’était un autre lifestyle. En plus, j’ai rien sorti pendant deux ans et y’a eu un temps de transition, pour repartir à zéro et me structurer moi-même. A 25 ans, je suis dans un nouveau mood, je m’auto-produit, je fais mes prods. C’est une vraie envie qui me tient à cœur de m’autoproduire complètement, créer ma propre identité sonore. Y’a même des sons que j’ai coproduit sur ce projet.

On retrouve aussi sur presque toutes les prods de l’album, KLENCH POKO, qui a produit une grande partie de tes morceaux depuis FOCUS 2. Il partage aujourd’hui un morceau avec toi sur « Weekend », comment se passe votre collaboration ?

Moi j’ai ramené KLENCH dans le chant et lui m’a ramené dans le beatmaking, les rôles s’inversent ! On a juste une casquette en plus, mais on reste focus dans nos domaines respectifs. On a tout bossé ensemble sur MEKTOUB, de la conception des prods à la finition. Des idées aux arrangements, on était ensemble sur tout. Y’a Arma Jackson qui nous a aidé aussi avec Kenyon, on a fait un petit séminaire. Ça nous a permis de moins avoir la tête dans le guidon et on a pu travailler plus de musicalités et avoir d’autres approches de la musique.

Comment avez-vous travailler pour construire MEKTOUB avec KLENCH ?

Y’a eu 300 titres enregistrés pour cet album, on a fait un gros tri. Je l’ai fait écouter à des gens que je croisais, des gens de mon crew et choisis les titres du projet en fonction de leur avis. La majorité l’emportait ! MEKTOUB est prêt depuis mi-mars, j’ai déjà activé la suite.

Dans le même sens de toujours être plus ambitieux dont on a parlé plus tôt, on te sent vouloir accélérer dans la course vers un succès toujours plus grand, on retrouve aussi ce point commun chez Slimka avec la symbolique de « Tunnel Vision », est-ce que lui et les autres membres de la SUPERWAK CLIQUE t’ont aidé dans la confection de MEKTOUB ?

Makala préparait son album et tout le monde avait la tête dans le guidon, chacun était concentré dans sa « Tunnel Vision », j’ai bossé en comité réduit, avec KLENCH et d’autres.

Vu que tout le monde bosse ses projets en solo, est-ce que l’opportunité d’avoir un projet commun de la SUPERWAK CLIQUE s’éloigne ?

Non ça se fera, là c’est pas prévu, mais si on se motive et que le public le réclame ça se fera. Mais faut battre le fer tant qu’il est chaud, on fera pas ça dans 10 piges !

Est-ce que MEKTOUB s’inscrit comme la continuité ou la conclusion de Fake Love ?

MEKTOUB c’est un nouveau périple, à partir du moment ou je change de titre c’est forcément nouveau. J’ai fait Focus 1 & 2, qui n’avait rien à voir Fake Love, et MEKTOUB c’est encore autre chose. On a pris une nouvelle direction artistique, une nouvelle identité sur MEKTOUB. Tout l’ambiance autour de la trahison et de la solitude nouvelle qu’on retrouvait aussi sur Fake Love, c’est ce que j’ai sur le cœur, c’est ma vie de tous les jours, les déception amicales et amoureuses. Ça s’est fait naturellement, MEKTOUB c’est un mélange de tout ça, sur cet album j’ai fait le deuil de mes anciennes peines et j’avance. Mes sons c’est des seum que je transforme en force ! Quand je vois que j’ai un seum grandissant, je le mets en musique et ça crée une boule d’énergie qui transforme mon seum en positivité.

On ressent cette même volonté d’enjoliver la tristesse dans le raï et dans d’autres genres musicaux, c’est quelque chose qui t’a inspiré ?

Je me retrouve grave dans ce côté festif, mais triste, qu’on retrouve dans le raï et même dans la musique française, quand j’écoute des gars de Marseille par exemple.

Que peut-on te souhaiter pour ce nouvel album et pour la suite ?

Souhaitez-moi du bonheur et de la positivité, partager c’est gagner ! On avance en attendant de nouveaux projets !

A lire aussi : Smeels : «Ce projet a été fait par amour et avec le cœur»

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *