Suivez-nous

Musique

Dr. Dre défend la nouvelle génération : « Si tu n’aimes pas, n’écoute pas»

Publié

le

Dr. Dre défend la nouvelle génération : « Si tu n'aimes pas, n'écoute pas»
©Peacock

Interrogé sur l’état actuel du hip-hop, le producteur de légende Dr.Dre défend la nouvelle scène, critiquée par ses anciennes têtes. 

Dans un épisode de Hart to Heart, l’émission de Kévin Hart diffusé sur la chaîne Peacock, Dr. Dre est revenu sur son parcours mythique et ses influences actuelles. Notoirement éclectique dans ses inspirations, il déclare : «J’écoute tout le temps des genres différents. Cette semaine, je pourrais être en train d’écouter de la soul des années 70, la semaine prochaine j’écouterai peut-être du rock genre les Beatles».

Interrogé sur l’état actuel du hip-hop, et plus particulièrement sur le fait que «certains jeunes rappeurs estiment qu’ils ne reçoivent pas assez de soutien de la part des anciens», Dr Dre défend la nouvelle génération.

Publicité

À lire aussi : Dj Whoo Kid raconte la signature de 50 Cent par Eminem, malgré la réticence de Dr Dre

« Si tu n’aimes pas, n’écoute pas »

Dr.Dre, du haut de ses 40 ans de carrière, se place aux antipodes de ceux qui affirme que le hip-hop, c’était mieux avant «Laisse-moi te dire, le hip-hop est tel qu’il est. N’importe qui qui parle de l’état actuel du hip-hop de manière négative sonne comme comme un p*tain de grand-père». Selon lui, ces évolutions sont naturelles. «C’est comme ça. Le hip-hop est en train d’évoluer, si tu n’aimes pas, n’écoute pas».

Il confie que lui-même n’adhère pas nécessairement à la plupart de la nouvelle scène, mais qu’il comprend et soutient ses évolutions «Je vais être honnête avec toi, certains sons, la plupart des sons je n’aime pas. Il y a beaucoup de sons que je n’écoute pas. Mais je ne critique pas. Je ne critiquerai jamais, ça évolue et ces jeunes font avec ce qu’ils ont à portée de mains».

Dr. Dre invite les critiques à changer de discours

Le rappeur rappelle également que les conditions de production n’ont rien à voir avec la génération précédente. «À l’époque, il fallait que j’aille acheter des synthés ou des sons chez des prêteurs sur gages pour sortir ma musique. Ils ont tout à portée de main maintenant, mais tu peux pas leur en vouloir pour ça».

Publicité

Dr.Dre met même au défi les haters. «Si tu n’aimes pas ce qui se passe en ce moment, es-tu assez fort ou assez talentueux pour faire quelque chose de nouveau pour changer ça ? Pour faire quelque chose que t’aimes ? Sinon ferme-là, c’est tout. Arrête de critiquer». Une posture compréhensible de par sa position de producteur, qui l’a amené à faire confiance à des jeunes artistes comme Kendrick Lamar. «Pendant toute ma vie et toute ma carrière, j’ai géré et travaillé avec des nouveaux artistes. C’est ce que j’aime».

Dans le reste de l’actualité : Travis Scott pourrait ne pas donner de concert aux Pyramides de Gizeh, accusé de pratiquer des «rituels étranges»

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *