Suivez-nous

Musique

On a classé nos dix clips préférés de 2020

Publié

le

clip 2020

SCH, 13 Block, Népal, Frenetik et Laylow : aujourd’hui, on vous propose notre top des meilleurs clips de l’année 2020 dans le rap francophone. 

Pour patienter avant les fêtes, Interlude vous propose le calendrier de l’Avent le plus savoureux qui soit : une review complète de l’année 2020 étalée sous différentes thématiques. Ce jeudi 3 décembre, on s’est penché sur le prolongement le plus esthétique des morceaux : les clips. On a parcouru l’immense panorama rap de l’année 2020 pour dénicher dix réalisations qui nous ont particulièrement surpris. Nous avons également pris soin de ne relever qu’un seul visuel par artiste, histoire de mettre à l’honneur une plus grande représentation de la scène.

Publicité

10 – Lefa – “Smile” (feat. SCH)

C’est dans la continuité toujours aussi esthétique de FAME que Lefa est devenu FAMOUS, au début de l’été. Avec cette réédition qui étend son projet de treize morceaux, l’artiste a continué de parcourir son univers cinématographique et léché. “Smile”, en compagnie de SCH, offre un riche cocktail de story-telling et de superbes séquences. À coté d’un brillant scénario fondu dans les traits de l’album, le clip survole de beaux paysages du Sud, tandis que les rappeurs interprètent des rôles charismatiques. On apprécie particulièrement cette superbe scène où SCH mitraille, sourire aux lèvres. Une superbe réalisation de Akim Laouar Aronsen.

Publicité

9 – Jok’Air – “Clic Clic Bang Bang” (feat. Laylow)

La combinaison parfaite de deux esthètes. Jok’Air et Laylow, toujours précis dans leurs univers, se sont rejoint une nouvelle fois sur “Clic Clic Bang Bang”, qui promeut le nouvel album de Jok’Air, prévu pour cette fin d’année. On y retrouve de superbes images en noir et blanc, très inspirées de l’imagerie américaine. Le visuel prend du cachet à l’issue du morceau, où son hôte y dévoile un extrait militant. Un interlude engagé, qui permet de tisser son univers avant VIe République où Assa Traoré prend place sur la cover. On avait d’ailleurs analysé plus en profondeur ce clip réalisé par Jeunes Joueurs ici-même.

Publicité

8 – Kalash Criminel – But en Or (feat. Damso)

Felicity Ben Rejeb Price est une réalisatrice en pleine ascension, et le clip de “But en or” est certainement son oeuvre la plus accomplie. Chargée de mettre en images le brûlant message qui anime la collaboration entre Damso et Kalash Criminel, elle a fait le choix de la sobriété dans les couleurs, jouant avec le blanc et le noir pour faire ressortir les symboles incorporés dans le visuel. Et notamment, cette danseuse, seule, ou encore cette armée d’albinos qui dégage une forme de puissance. Un travail édulcoré et minutieux.

7 – Sofiane – American Airlines (feat. SCH)

SCH et Sofiane, sur le papier, la collaboration est de haut vol. Une philosophie toute tracée qui a propulsé le réalisateur Nicolas Noël et les deux artistes dans les cieux pour “Amercan Airlines”. Nerveux et saupoudré de cette imagerie rouge et inquiétante, le visuel joue avec la vitesse du morceau, entre ciel et terre. Les images sont remarquables, identifiables, et servent grandement à l’attitude du titre et de ses deux interprètes.

6 – Laylow – “Trinityville”

Quelques semaines après la sortie de “Mégatron” fin 2019, Laylow a prolongé l’âme de son Trinity avec “Trinityville”. Un travail d’une subtilité absolue qui mériterait une analyse plan par plan. On y découvre l’univers virtuellement complexe d’un artiste qui va contribuer à construire l’identité visuelle de Laylow. Réalisé par Osman Mercan, il s’inspire de Matrix et promet des séquences stupéfiantes, comme cette immense immeuble surplombé du logo de l’album. On y découvre également la relation profonde que noue Laylow avec Trinity, le logiciel de stimulation émotionnelle que l’on retrouve quelques semaines plus tard à l’occasion d’un album, éloge à la créativité.

5 – SCH – Baden Baden (feat. Maître Gims)

“Baden Baden” de SCH et Gims est un ovni dans les réalisations de cette année 2020. Cette fresque entièrement 3D, issue des studios d’Ambre collective, fait naître une âme futuriste au coeur de cette collaboration dissimulée dans Rooftop. Evidemment inspiré des jeux vidéo, et certainement du prochain Cyberpunk 2077, le clip plaît par son monde animé spectaculaire. On y découvre des plans truffés de références au monde des deux artistes : un travail soigné et original.

4 – Frenetik – “Chaos”

On aurait encore du mal à définir Frenetik comme un rookie, tant il se surpasse à chacune de ses apparitions. Sa dernière en date, “Chaos”, est un petit chef d’oeuvre de réalisation par ARGO. Le visuel est nerveux, spectaculaire, et surtout, se déroule intégralement à l’envers, narrant une histoire qui gagne en profondeur au fil des plans. Le mariage entre le son et l’image atteint un niveau rare. Une manipulation du temps et de l’espace, pas sans rappeler un certain Nolan, adepte du genre notamment dans son dernier Tenet. Coup de maître parfait : Frenetik a dévoilé une version à l’endroit de son morceau, intitulé “SOAHC”.

3 – Népal – “Sundance”

S’il n’est pas le plus spectaculaire de 2020, le visuel de “Sundance” de Népal est facilement l’un des plus puissant. Par l’émotion qu’il dégage, et l’histoire qu’il renferme, ce morceau est enivrant. Le protagoniste du visuel n’est autre que Nekfeu, sur une idée de Népal, avant son tragique décès. Tiré d’Adios Bahamas, le morceau narre une version de l’artiste où il serait passé à côté de ses rêves, vivant une vie beaucoup plus classique. On le découvre travailler à l’usine, passer ses soirées à regarder la télévision, et ainsi oublier ses disques de diamant. Un travail méticuleux, lent et introspectif signé Syrine Boulanouar.

2 – 13Block – “Tieks” (feat. Niska)

Entre “Babi” et “Tieks”, il fallait faire un choix. Époustouflants l’un comme l’autre, ils ont permis à 13 Block de franchir un nouveau palier dans son imagerie. Toutefois, la créative exceptionnelle qui se dégage du duo Adeus nous propulse plutôt vers “Tieks”. On retrouve Zed en bébé, avant de basculer sur un plan de coiffeurs de chien, à une vitesse enivrante. Les images défilent nerveusement, les détails incorporés dans les plans servent de transition au plan suivant. Bref, une réalisation qu’on se plaît à retrouver derrière l’imagination fulgurante d’Adrien Lagier et Ousmane Ly, désormais sous le pseudonyme d’Adeus.

1 – Ninho – “Problèmes du matin”

Adeus, encore. Chaque apparition du tandem est un brusque rafraîchissement de l’imagerie du rap français. Coup sur coup, après “Tieks”, ils se sont associés auprès de Ninho pour “Problèmes du matin”. S’ils ont certainement signé le meilleur clip de la carrière de l’auteur de Destin, ils ont également gonflé l’âme de son titre drill, extrait de la réédition de M.I.L.S. 3. Les transitions sont incroyables, les effets explosifs. Il est notre difficile coup de coeur de cette année 2020, décidément très inspirante.

Dans le reste de l’actualité : Vald et Heuss l’enfoiré annoncent un album commun.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *