Suivez-nous

Musique

Orelsan : les secrets de son impressionnante transformation physique

Publié

le

Orelsan : est-il sur le point d'arrêter le rap ?
© Alice Moitié

Avant la sortie de Le chant des sirènes en 2011, Orelsan a subi une transformation physique impressionnante sous l’impulsion de David Tomaszewski.

C’est l’un des passages marquants de Montre jamais ça à personne : la transformation d’Orelsan à l’approche de son album Le chant des sirènes. Le rappeur, qui a cédé son style vestimentaire au profit d’une allure plus soignée, s’est également fait pousser les cheveux, en plus d’avoir perdu beaucoup de poids. Une hausse de prestance véritable, qui a permis à l’artiste d’exhiber une nouvelle identité plus séduisante auprès du public.

C’est ce qu’a soufflé David Tomaszewski à l’occasion d’un entretien avec Ouest-France, précisant qu’il a souhaité remodeler le personnage d’Orelsan lorsqu’on lui a confié la direction artistique de Le chant des sirènes. «Je trouvais que ça allait de soi de le rendre beau gosse, pour des questions de rôle, de séduction et d’esthétique aussi», précise-t-il au quotidien régional. L’auteur de “Raelsan” va donc être confronté à un régime strict, narré dans la série-documentaire, sans féculents, sucre, gras et alcool.

Publicité

Aussi : Bigflo choisit son feat préféré d’Orelsan : «Il n’y a pas eu de meilleurs feats d’Orel que celui-là»

Orelsan : «Je n’étais pas ravi»

«Je n’étais pas ravi, s’est souvenu Orelsan. Donc je demande à David combien de temps va durer ce régime et il me répond : “Bah, toute ta vie ! À quoi ça sert de redevenir gros ?” Ah bon ? J’ai perdu du poids que j’ai repris depuis, et j’ai appris à courir en chantant pour le clip de “Plus rien ne m’étonne”». Contrairement à d’autres artistes, David Tomaszewski ajoute qu’Orelsan n’était pas spécialement tatillon sur son image, mais elle restait primordiale, notamment pour l’un des clips phares du projet : “Ils sont cools”.

Publicité

Aussi : Booba parle du niveau d’Orelsan et évoque leur projet The Voice

Derrière la réalisation du clip, David Tomaszewski confie que l’enjeu n’était pas de rendre Orelsan et Gringe séduisants, mais plutôt crédibles dans leur rôle de chevaliers. «Dans les Chevaliers du Zodiaque, les personnages sont musclés, ils font des arts martiaux, ils se battent, donc le corps doit suivre pour être crédible. L’idée, c’est d’être authentique dans le personnage». Le réalisateur relève d’ailleurs qu’ils se sont également posés la question inverse : est si certains fans, qui aimaient l’allure de l’ancien Orelsan ne se retrouvaient pas dans cette nouvelle apparence ? Mais «les gens aiment un artiste pour ce qu’il est et non pour son physique», conclut David Tomaszewski.

Publicité

Aussi : Orelsan : ce morceau de sa discographie qui a vexé Gringe

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *