Suivez-nous

Musique

Reparlons de la formidable histoire de « Le singe fume sa cigarette »

Publié

le

le singe fume sa cigarette

Il y a 9 ans, Caballero, Lomepal et Hologram Lo’ s’unissaient autour d’un chimpanzé, clope au bec. Reparlons de ce projet génial. 

C’était il y a 9 ans, en octobre 2012. Une drôle d’époque pour le rap français, avec des influences en tout genre, de l’auto-tune mal dosé et des succès commerciaux dantesques, désormais un poil poussiéreux. Au milieu de gros noms bien ancrés, une nouvelle scène se détache, impulsé par le collectif L’Entourage, autour du quel gravitent de nombreux rappeurs. Ancré dans la capitale, ces derniers vont bâtir un pont solide vers un autre bouillonnement de MC’s, de l’autre côté de la frontière, du côté de Bruxelles. Une liaison qui définit justement l’identité de Le singe fume sa cigarette.

Ce projet marque l’union de Caballero et Lomepal, fiers représentants locaux, sous la baguette du chef d’orchestre Hologram Lo’. «Ça s’est fait grâce à Facebook, se souvient l’artiste belge dans notre interview Face à lui-même. Je crois que je parlais avec Lomepal, on s’envoyait des sons.» Un jour, un concert réunissant des membres de 5 majeur, Caballero et quelques autres visages proches du collectif se déroule à Bruxelles. C’est là que le MC rencontre Lomepal. «Antoine il m’a direct dit : « Viens on fait des sons ensemble. Non, en fait, viens on fait un projet, j’en parle à Lo' »».

Publicité

Et aussi : Django revient sur les comparaisons avec Nekfeu à l’époque

Caballero : «Je crois qu’on a fait « clique d’or »»

De son côté, le producteur est chaud. «Lo’ a kiffé, il se disait : « Faire un truc avec un Belge, c’est stylé ». Il a toujours ce côté un peu visionnaire : « La Belgique ils sont chauds là-bas, il faut qu’on exploite ça, vas-y on fait un truc avec Caba’». Ce « truc » deviendra un projet de 10 titres avec deux morceaux supplémentaires. Les trois compères vont proposer le projet en ligne, sur un site malheureusement depuis indisponible. Une gratuité totale qui gagne en visibilité : «Je crois qu’on a fait « clique d’or », c’est-à-dire 100.000 téléchargements gratuits, après peut-être six mois», révèle Caballero.

Et pour cause, le projet est un bonbon de spontanéité, d’ambition, de soif de kicker. Certains sons ont un peu vieilli, mais on y retrouve quand même l’âme d’une époque qui ré-embrasse les samples, le boom-bap et l’art de la rime. On retient évidemment quelques morceaux notables, à l’image de « Ma réussite » et cette inspiration prophétique quand on constate le parcours des trois compères avec du recul. « L’horloge », aussi, où Caballero et Lomepal déposent leurs phases autour de quelques notes de trompette.

Mais évidemment, on retient surtout l’immense morceau éponyme, avec 9 artistes hors-pair qui sonne aujourd’hui comme une compilation dantesque de certains immenses noms de leur génération. Lomepal, Caballero, JeanJass, Nekfeu, Alpha Wann, mais aussi Ysha, Kéroué, Senamo, Walter et Seven. Une fresque partagée entre Paris et Bruxelles, quelques années avant l’explosion totale de la scène belge. Rendu disponible en streaming, Le singe fume sa cigarette est une étape obligatoire

Publicité

Et aussi : pourquoi Lomepal déteste son featuring avec Nekfeu ?

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *