Suivez-nous

Musique

Vald : pourquoi quatre versions pour “Ce monde est cruel” ?

Publié

le

Vald : pourquoi quatre versions pour "Le monde est cruel" ?
Photo : Titouan Garnier pour Interlude

Vendredi, Vald a envoyé la cover et le titre de son nouvel album, “Ce monde est cruel”. Son store laisse également quelques indices sur la conception de l’opus.

Il n’y aura pas un, ni deux, ni trois, mais bien quatre albums. Ce monde est cruel, nouveau bébé de Vald sera en effet décomposé en quatre albums distincts, tous garant d’un bonus inédit. La boutique en ligne de l’artiste propose les différentes offres promotionnelles de ces éditions limitées. D’abord, un premier album, classique, en pré-commande, comprenant un titre bonus, “Casimir”. Il s’agit de l’édition “rouge”, proposée à 13 euros, et comprenant les 16 titres qui, selon la description du produit, orneront la tracklist du projet.

Ça se complique légèrement avec le pack 4 CD. Dans celui-ci, quatre albums seront disponibles, tous avec un inédit différent. Le visuel sur le site de l’artiste ne dévoile pas les autres covers des albums, mais il pourrait s’agir uniquement d’un changement de couleur. Des points d’interrogation bleu, vert et jaune sont affichés. Cette offre est proposée à 45 euros et, comme le pack comprenant “Casimir”, elle est disponible jusqu’au 19 octobre.

À LIRE
Marvel légalise la weed : ça veut dire quoi au juste ?

Quatre fois plus de Vald

En somme, et en considérant que la version “rouge” comprise dans le pack 4 CD intègre bien le morceau “Casimir” (et pas un autre), Vald proposera quatre inédits différents sur ces éditions. Un découpage motivé par une stratégie marketing, comme a pu le faire, quelques mois plus tôt, PNL avec son album Deux frères. Là, les morceaux “Frontières” et “Capuche” s’opposaient pour livrer deux versions antagonistes de l’opus.

Dans le cas de Vald, il semblerait que ces éditions spéciales ne soient disponibles que lors de la pré-commande, d’où le terme d’édition “limitée”. Derrière sa superbe cover, la tête moitié plongée dans une sorte de Styx, rivière des enfers, Vald semble avoir conçu une œuvre multiple et conceptuelle. À voir jusqu’où l’artiste a poussé son cheminement : une simple stratégie commerciale colorée ou une proposition de lecture différente en fonction de l’édition.