Suivez-nous

Musique

Une attaque terroriste déjouée contre 6ix9ine à San Antonio

Publié

le

Une attaque terroriste déjouée contre 6ix9ine

Un texan aurait été arrêté jeudi dernier alors qu’il avait promis de s’en prendre au rappeur lors de son passage dans les environs. Une histoire complètement folle relevée par XXL.

La semaine commence bien pour 6ix9ine. En tout cas, elle aurait pu très mal se terminer, puisque le rappeur était, selon KSAT 12, la cible de menaces terroristes. Jeudi dernier, un membre présumé du gang Tango Orejon a été arrêté par la police de San Antonio alors qu’il aurait menacé activement l’artiste new-yorkais. C’est autour de l’aéroport international de cette même ville que l’arrestation a eu lieu alors que deux voitures ont été arrêtées par les forces de l’ordre. L’un des agents a reconnu Adam Rodriguez, un homme visiblement connu du réseau, mais aussi célèbre ses derniers jours pour avoir proféré de nombreuses menaces terroristes à l’encontre de Tekashi. Selon le rapport effectué par les enquêteurs, Rodriguez reprocherait au rappeur ses affaires d’inconduites sexuelles datant de plusieurs mois, tout en lui donnant rendez-vous au Bar 32, le jeudi. C’est le manageur du rappeur qui aurait alerté la police de San Antonio qu’une attaque le viserait.

À LIRE
Nekfeu, Lacrim et Nadine Morano : une semaine de débat sur l'islamophobie

Une drôle de promotion pour Day69

Alors qu’il a dévoilé il y a quelques jours son tout premier projet Day69, 6ix9ine aurait pu avoir une promotion beaucoup plus tumultueuse que celle, déjà très controversée, qui orne son opus pour l’instant. En effet, une vidéo le mettant en scène en pleine bagarre sur l’aéroport de Los Angeles a été diffusée une poignée d’heures après le All-Star Game la semaine passée. Autres évènements pas forcément flatteurs à son actif : une fusillade éclatée à l’un de ses shows après le Superbowl, ainsi que des accusations autour des attroupements au cours du Yams Day, il y a désormais plusieurs semaines. Bref, au-delà de la musique, le rappeur se forge peu à peu une étiquette qu’il risque de difficilement assumer, et ce, malgré des contrats juteux signés, à plusieurs dizaines de millions de dollars.