Suivez-nous

Musique

Bigflo & Oli expliquent la hausse du prix des places de leur festival

Publié

le

Bigflo & Oli dévoilent des morceaux en exclu dans un live avec Squeezie

Quelques mois avant la nouvelle édition du Rose Festival, Bigflo & Oli se sont confiés sur l’augmentation du prix des places. 

Après une année 2022 couronnée de succès, le Rose festival de Bigflo & Oli rempile à Toulouse du 1er au 3 septembre. Trois jours de festivités avec de très belles têtes d’affiche, SCH, Angèle, Hamza, Tiakola ou encore Vladimir Cauchemar. Mais certains spectateurs ont remarqué une hausse des prix, de 48€ à 52€ par rapport à l’année précédente. Une augmentation que les deux frères ont justifié.

«On a augmenté pour avoir plus d’artistes et de gros noms, estime Bigflo lors d’un entretien à La Dépêche. Plus on a d’argent, plus le budget alloué aux artistes est conséquent». Mais au-delà de l’ambition, la hausse du prix est surtout due à la production. «Par ailleurs, tout est plus cher, poursuit-il. J’ai demandé aux gars de la technique par exemple qui m’ont dit qu’aujourd’hui, une scène c’est 60% plus cher mais aussi le transport des poids lourds, qui a augmenté de 40% à 60%».

Publicité

Aussi : Bigflo & Oli n’en peuvent plus de leurs noms : «C’est l’un des pires noms de l’histoire de la musique»

Bigflo : «C’est difficile d’intéresser les gens à un artiste qu’ils ne connaissent pas»

Malgré l’augmentation des prix des prestataires, les deux frères souhaitent maintenir leur prix bas. «On essaiera toujours de rester attractifs dans le sens où les gens en auront pour leur argent, continue Oli. Le public va quand même voir six gros artistes». Le duo toulousain cherche régulièrement à tenir ses propositions accessibles, ils avaient par exemple retiré deux morceaux de leur édition vinyle pour éviter de faire exploser les prix.

Bigflo & Oli se sont aussi confiés sur les artistes présents au festival, relayant les reproches d’avoir, d’un festival à un autre, toujours les mêmes noms programmés. «On reproche souvent aux festivals de mettre les mêmes noms chaque année mais il y a une logique puisque ce sont les noms que les gens demandent, c’est la loi de l’offre et de la demande, répond Bigflo. C’est difficile d’intéresser les gens à un artiste qu’ils ne connaissent pas, donc on peut en mettre un ou deux par soir mais pas plus».

Aussi : Bigflo se confie sur ses complexes physiques : «Toutes les meufs que j’ai eues ne m’ont jamais vraiment dit “Tu es beau”»

Publicité

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *