Suivez-nous

Musique

L’histoire de l’univers dans la cover de “Lithopédion” de Damso

Publié

le

Damso lithopédion

Alors que le troisième album de Damso fête son deuxième anniversaire, on a décrypté ce qui se cachait derrière la mystérieuse cover de Lithopédion, réalisée par Romain Garcin.

Voilà, Lithopédion fête son deuxième anniversaire. Ce projet vient conclure la trilogie d’albums de Damso, faisant suite à Batterie faible et Ipséité. Un projet caché derrière son artwork intense, où un oeil noir et crispant renferme le curieux nom de l’opus. Un cliché zoomé sur l’oeil, qu’on imagine être celui du rappeur bruxellois, en noir et blanc, et sobrement floqué de la seule mention obligatoire “Parental Advisory Explicit Content”. Une cover réalisée par Romain Garcin, qui relève de nombreuses subtilités.

Et aussi, Damso a manifesté dans les rues de Bruxelles

La création d’une cover originale pour Damso…

Avant de proposer sa pochette pour le projet Lithopédion, Romain Garcin n’avait rien écouté de l’album. «De toute façon, je préfère ne pas être influencé par l’écoute», explique-t-il à Check. Pour lui, la pochette doit être complémentaire à la musique. Reste à savoir l’ambiance générale du projet : «Je ne sais pas du tout de quoi il va parler, quelle va être sa couleur… je sais juste que ça va s’appeler “Lithopédion”.» Il se souvient alors d’une phrase de Damso : «L’oeil est la seule partie de mon corps avec laquelle je peux voir le monde sans me voir moi-même».

Reprenant un ancien shooting avec un oeil de Damso particulièrement intense, il imagine sa cover de Lithopédion, inspiré de l’univers. «Je me concentre sur l’oeil, en travaillant vraiment la peau de manière à ce qu’elle ressorte la plus noire possible et que son grain fasse des légères taches blanches. Le but c’était vraiment de signifier une constellation», poursuit-il pour Check. Dans un premier jet, Romain Garcin avait incorporé un Lithopédion à l’intérieur de l’oeil, mais l’équipe de l’artiste préférait qu’il n’apparaisse pas sur la photo.

…complétée par des détails qui la rendent unique en son genre

«Je capte qu’il veut partir sur un délire plutôt cosmique, introspectif, hyper métaphysique etc, raconte-t-il. Tout se joue sur les symboles, il est dans les concepts. En pensant à sa phrase, je me suis dit : “On va aller plus loin que le monde”.» Il s’intéresse alors à l'”univers observable”, un cliché de Pablo Carlos Budass, qui tente de rassembler l’univers dans une grosse sphère qui rappelle une pupille, décrit-il cette fois pour AlohaNews.

La photo de Romain Garcin prend alors une forme astronomique très complexe, qui rappelle la “constellation de l’Hélice”. «C’est une espèce de forme spatiale qui ressemble à un oeil. C’est hyper impressionnant», explique-t-il. D’ailleurs, un cliché de texture spatial accompagne les notes de Lithopédion à l’intérieur de la version physique. Le message capturé par le photographe reprend les codes de l’artiste, qui s’inspire lui-même beaucoup des constellations. En témoigne, également, le signe “Vie”, représenté sur le vinyle, qui schématise l’univers. Délirant, cosmique et grandiose : du Damso tout craché.

Dans le reste de l’actualité, il allait se passer quelque chose entre Disiz et Damso.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *