Suivez-nous

Musique

La jeunesse et genèse de Nekfeu en cinq flows méconnus

Publié

le

Nekfeu

Après plus d’une décennie de carrière et avant la sortie d’un dernier projet unique en son genre, voilà un petit retour sur la jeunesse de Nekfeu en quelques-uns de ses freestyles et collaborations méconnus. 

A un peu plus de deux semaines du grand retour du Fennec dans les bacs et dans les salles, un rapide survol de sa discographie plus que prolifique ne fera de mal à personne. Après 29 années sur cette Terre, dont plus d’une dizaine à cracher son feu dès qu’il en a eu l’occasion, Ken Samaras a eu le temps de marquer le rap de son empreinte si particulière. Ou plutôt de ses empreintes. Car en une grande décennie de carrière, dont une certaine partie passée collectivement, un artiste a le temps d’évoluer, et de faire fluctuer certains de ses choix artistiques au gré des modes et de ses songes.

Par conséquent, pour le plaisir de vos oreilles, nous avons essayé de retrouver quelques pièces relativement “méconnues” des premières heures de sa discographie. Ces morceaux, souvent des collaborations du début de carrière, n’étant pas des pistes secrètes retrouvées dans la cave de DJ Elite, il est évident qu’un certain nombre d’entre vous seront familiers avec ces derniers. Pour les autres, on vous laisse en profiter.

“This is 1995” (début des années 2010)

Nekfeu j’ai pas encore entendu parler, mais apparemment il cartonne dur” (01.00). Encore entouré de l’Entourage et même de Guizmo dans une vidéo promotionnelle pour 1995 il y a presque dix années de cela, Nekfeu déclamait déjà son flow sans que rien ne puisse l’arrêter. Les allitérations viennent fusionner avec son débit de paroles rapide et limpide, le tout sans micro ou ingé’ son. Le talent à l’état pur.

Nekfeu & Alpha Wann – “En Soum-Soum”(Octobre 2011)

Quelques mois seulement après l’hymne “Quand on débarque dans ta réssoi”, voilà l’intro d’un EP qui allait faire date dans la collaboration entre le Fennec et Philly Phaal : En sous-marin. Dans ce dernier, des titres devenus classiques comme “Monsieur sable”, “Du sexe opposé”, ou “Aux portes du succès”. Et pourtant, on a un petit faible pour cette intro sur une prod’ de Basement Beatz (maintenant fidèle acolyte de Mister V) qui fait kicker Nekfeu et Alpha Wann sur un sample du thème du film Austin Powers.

Guizmo & Nekfeu : “Crazy Vibes”, Remix de Selah Sue (Décembre 2011)

Sûrement la plus connue de la liste. Et pourtant, elle ne culmine qu’à 1.5 millions de vue après plus de sept années, contre 90 millions de vue pour “On verra”. Une dernier vestige de ce que Guizmo et Nekfeu pouvaient s’apporter l’un à l’autre musicalement parlant : deux flows rapides et aiguisés qui semblent en parfaite symbiose pour quelques minutes, que nous n’aurons malheureusement plus jamais l’occasion de découvrir depuis la brouille de Guizmo avec l’Entourage.

Grunt n°1 Feat. Kéroué, Nekfeu, Lomepal, James Legalize (Janvier 2012)

Qui de mieux pour lancer le projet de Grünt, désormais porté fièrement par Jean Morel sur Radio Nova, et qui nous a apporté tant de satisfaction musicale avec les années (ici, ou même ici entre autres) ? Le Fennec, accompagné par ses amis et homologues Lomepal et Kéroué pour une petite heure de freestyle plus que convivial. La qualité des flows et des phases est bien entendu au rendez-vous. Mais il faut reconnaître qu’en visionnant une telle oeuvre plus de sept années à près, la punchline d’Alpha Wann dans “Du sexe opposé” résonne dans nos têtes: “le buzz ça rend beau”. Toujours est-il que trois années plus tard, Nekfeu animera son propre Grünt d’anthologie.

5 Majeur – “Chillance” (Mai 2013) 

Tous les éléments étaient réunis. Nekfeu peu de temps avant son explosion auprès du grand public, aux côtés des duos de qualité Fixpen Sill et Hors II Portée. Le tout sur une instrumentale efficace et mélodique de Stratega (aka Vidji, la moitié de Fixpen Sill), qui a notamment produit une partie des premiers morceaux de Lomepal et beaucoup de Népal. Et pourtant le morceau le plus écouté du 5 Majeur n’a jamais réussi à dépasser les 500 000 vues sur Youtube, malgré un de ces couplets détendu dont Nekfeu a(vait) le talent dans lequel il nous compte l’histoire de cette collaboration.

A lire aussi : Nekfeu, en 29 coups de plume

À voir aussi :