Suivez-nous

NOS 10 ALBUMS
PRÉFÉRÉS DE RAP FRANÇAIS EN 2018

CHRONIQUE : RAPHAEL HASSINE
DESIGN : WILLIAM HOYON

Le rap français, cette entreprise de production de masse. Plus de 400 albums, compilations, EP’s, rééditions, best of et mixtapes sont sortis cette année. Dire qu’il y a vingt ans, les amateurs de hip-hop devaient se contenter de 80 disques pressés sur l’année civile. À cette époque, la Fonky Family, Busta Flex, Suprême NTM, Ärsenik et Ideal J, soit 5 artistes ou groupes, se disputaient la palme du meilleur album. Faut-il voir dans cette multiplication des sorties un signe de bonne santé du mouvement ? Ou alors se plaindre d’être noyé par la vague hebdomadaire de sorties, toujours plus haute, qui nous empêche de prendre le temps d’apprécier réellement un album ? La rédaction d’Interlude vous propose de reprendre votre souffle et de savourer notre top 10 des meilleurs albums de rap francophone de l’année 2018.

ALBUMS

Triple S, 13 Block

6 AVRIL 2018

Sevran, capitale de la trap française. Les artistes hip-hop de cette ville ont longtemps vécu dans l’ombre de leurs voisins de Saint-Denis ou d’Aubervilliers, mais l’explosion de Kaaris a permis de braquer les projecteurs sur cette commune riche en talents. Ces dernières années, nous avons assisté à l’émergence de Kalash Criminel, de Maes, de Dabs, de Da Uzi, ou encore de 13 Block. En 2015, le quatuor participe à l’album Le Bruit de mon âme sur le morceau Vie sauvage. Fort de cette collaboration réussie, le groupe sort Violence Urbaine Émeute et ULTRAP pendant l’année 2016. Ces deux premières mixtapes sont portées par les titres Olaskurt, LKTEB, Ville et Griezmann. Très productif, 13 Block sort sa quatrième mixtape en quatre ans en avril 2018.

 

Le projet intitulé Triple S est considéré comme le plus réussi de Zefor, Stavo (DeTess), OldPee et Zed. Les rappeurs ont travaillé avec le beatmaker Ikaz Boisur l’intégralité des onze titres, il donne une véritable colonne vertébrale au projet. Au début des années 1990, le microcosme du rap se divisait entre les partisans de l’expression “rap français” et ceux qui affirmaient faire du “rap en français”. 13 Block s’est parfaitement réapproprié cette variante du hip-hop à la française, avec des thématiques très ghetto français. Mention spéciale pour les morceaux Calibre et Vide, les deux singles forts de l’album.

Land, Kekra

22 JUIN 2018

Le rappeur masqué a sorti plusieurs mixtapes marquantes ces dernières années : les trilogies Free Base et Vréel. Son premier album intitulé Land a débarqué comme un tsunami au lendemain du début de l’été 2018. La tracklist ainsi que la pochette ont été annoncées sur les réseaux sociaux le 16 juin. Sa couverture, imaginée par Fifou, est pour nous, peut-être la plus belle de l’année. Cinq des onze morceaux de l’album ont eu droit à un clip : 10 Balles (1.9 millions de vues), diffusé le 19 avri, Viceland (1.2 millions), C’est bon (1.5 millions), tourné en Thaïland, Batman (1 million) et Wing Chun (853.000), publié il y a trois semaines. L’artiste fait voyager ses auditeurs avec des vibes estivales, japonaises, pour une immersion réussie dans sa galaxie.

 

Au-delà des thèmes évoqués dans l’album (Hauts-de-Seine, rap game, argent), c’est l’atmosphère des productions qui donnent de la force aux onze morceaux signées Saavane, Narcos, Hottrak, Wealstarr, BenihanaBoiBeats et Mantra. Sans être une tête d’affiche du mouvement hip-hop français, Kekra s’impose comme une valeur sûre depuis plusieurs années. Il a réussi à se créer un univers singulier et un personnage. De plus, ses clips et ses visuels sont toujours très soignés. En première semaine, Land s’écoule à 2269 exemplaires, 493 en physique, 209 en digital et 1567 en streaming. Kekra a défendu son album sur la scène de La Cigale le 11 octobre 2018.

J.O.$, Josman

14 SEPTEMBRE 2018

Un an après sa mixtape 000$, Josman dévoile au monde son premier album J.O.$ en septembre 2018. Avec ce disque, le lyriciste d’Aubervilliers franchit un véritable palier dans son écriture, son interprétation et ses choix de productions. Le rappeur a le mérite de placer sa première grosse sortie parmi les meilleures réalisations de l’année. Son acolyte Eazy Dew produit treize mouvements de cette symphonie mélancolique parfaitement orchestrée. Ainsi, le projet s’appréhende comme un album collaboratif entre les deux artistes. José Nzengo illustre son classique avec les clips d’Un zder, un thé, Sourcils froncés, L’occasion, WOW, V&V et LOTO. Ces deux derniers titres sont, sans contestation possible, les pièces maîtresses de ce projet. Les thèmes de prédilection du rappeur sont omniprésents sur les morceaux : l’ego-trip, les femmes, le sexe, l’argent, ainsi que les drogues douces. J.O.$ s’écoule à 5141 exemplaires lors de sa première semaine d’exploitation.

Carbone 14, Joe Lucazz

19 OCTOBRE 2018

Le rappeur parisien fait figure d’ancien dans ce classement. Joe Lucazz commence sa carrière au milieu des années 1990 en duo avec Cross, ils apparaissent sur plusieurs compilations et sortent un album en 2005. Quelques années plus tard, il rejoint le label Neochrome sur lequel il sort trois projets entre 2009 et 2018. Après trois ans d’absence, Joe Lucazz signe une année 2018 exceptionnelle avec la parution de trois albums : No Name 2.0, Paris Derniére produit par Char du collectif Le Gouffre, et Carbone 14 projet commun avec Pandemik Muzik. Sorti le 19 octobre 2018, Carbone 14 est la pièce maîtresse de cette trilogie annuelle.

 

Joe Lucazz avait déjà travaillé avec Pandemik Muzik sur une partie de No Name et No Name 2.0. Cette fois Bachir est présent sur l’intégralité de l’album et cela donne une véritable cohérence au projet : les morceaux sont homogènes, l’atmosphère cohérente. La cover est un très belle hommage à l’album “Bitches Brew” du trompettiste de jazz américain, Miles Davis, sorti en 1970. Ce choix est en osmose avec le contenu des morceaux, Joe Lucazz propose une introspection nostalgique pendant 37 minutes sur des beats aux colorations jazz. Sur la troisième piste de l’album intitulée La guerre de l’opium, le rappeur intègre un discours de Thomas Sankara, figure de l’anti-impérialisme et du panafricanisme.

Lithopédion, Damso

15 JUIN 2018

Sorti le 15 juin 2018, Lithopedion conclut le parcours du rappeur belge sous le label 92i. Après Batterie faible et Ipséité, Damso marque une nouvelle fois les esprits avec cet album ténébreux de dix-sept titres. Très vite certifié disque d’or, Lithopedion enregistre aujourd’hui plus de 250.000 exemplaire vendus. Il n’est pas chose aisée d’écouter un album de Damso. Dem’s propose une prose soignée, mais sombre, et complexe à déchiffrer. L’adhésion d’un très large public à sa musique à l’heure du “tout divertissement” est une prouesse. Avec Lithopedion, Damso nous embarque dans son univers plus dark que jamais. Les figures de style omniprésentes – parfois lassantes dans certains albums – n’alourdissent ici pas l’oeuvre. Les multiples producteurs (Twinsmatic, Pyroman, Ponko, DSK On The Beat, Benjay, Junior Alaprod, Ikaz Boi, Nk.F) accompagnent juste comme il faut ses sombres analyses de la société actuelle. Une seule invitée sur le disque : la chanteuse Angèle sur l’envoûtant Silence. Lithopedion, à l’image du morceau Julien, son pari le plus risqué, et le plus réussi. C’est toujours (et plus que jamais) Dems.

Jeannine, Lomepal

7 DECEMBRE 2018

Avec 39.559 exemplaires vendus durant la première semaine d’exploitation, Jeannine est devenu l’album immaquable de cette fin d’année. Antoine Valentinelli dépasse la sphère du hip-hop, s’impose comme un artiste majeur de la variété française. Après le succès de Flip, Jeannine est plus personnel, plus mélancolique, et rend hommage à sa grand-mère et à sa folie, loin d’être perçue par son petit-fils comme une tare. Les apparitions de JeanJass, Roméo Elvis, Orelsan et Philippe Katerine, ajoutent l’énergie qu’il manquait à la folie douce de ces 52 minutes. L’artiste défonce les codes en alternant rap nonchalant et chant mélodieux. Jeannine nous subjugue par sa précision : du graphisme de la pochette aux paroles parfaitement posées.

JVLIVS, Sch

19 OCTOBRE 2018

L’enjeu était immense pour SCH. Un an après la sortie de Deo Favente, le rappeur marseillais se devait de retrouver la fièvre de ses débuts avec A7. Les extraits s’enchaînaient et laissaient imaginer un nouvel opus puissant. Et finalement, le 19 octobre, JVLIVS est né. Un tableau de 17 morceaux, disposé comme un album. Un album concept ? Peut-être pas. Juste un projet abouti aux ambiances mafieuses, sombres, inquiétantes. Comme libéré de l’esprit d’A7 qui planait au-dessus de lui, SCH a poursuivi dans cet univers. Persévérance jusqu’aux parfaites interludes, à la cohérence des morceaux. Le monde qu’il dépeint à travers JVLIVS affine son personnage, il se précise, et devient davantage inspirant.

03

Imany, Dinos

27 AVRIL 2018

Dieu merci, Imany n’est pas devenu le Detox français. Après les EP’s L’alchimiste et Apparences dévoilés en 2013 et 2014, le poète – n’ayons pas peur des mots – de La Courneuve a pris son temps pour sortir son chef d’oeuvre – toujours pas peur des mots – en 17 titres. Imany s’écoute, se lit, comme un projet littéraire personnel et profond, un voyage où foi cohabite avec amour et pauvreté. Cet album prouve que le hip-hop est beau lorsque les rappeurs se muent en poètes, lorsqu’ils ajoutent aux immanquables punchlines, une dose de références et l’atmotsphère des plus beaux morceaux d’introspection. Le titre principal de l’album, “Helsinski”, est une prouesse narrative. Respectant ses propres codes mais inspiré par le rap américain, Dinos a mêlé ses profondes émotions à son sens de la rime. Avec sa réédition publiée début septembre, Imany est le premier totem impérissable de la carrière de Dinos. Rendez-vous en 2019 pour la sortie de son nouvel opus.

02

UMLA, Alpha Wann

21 SEPTEMBRE 2018

Après la prometteuse trilogie Alpha Lauren, Alpha Wann a finalement dévoilé, le 21 septembre, son premier album composé de 17 titres. Et le rappeur confirme en 59 minutes sa réputation du plus technique des rappeurs de sa génération. Sur UMLA (Une main lave l’autre), le membre du collectif L’Entourage en invite d’autres : OG L’Enf, Infinit’, Sneazzy, Doum’s… Les titres STUPÉFIANT ET NOIR et ÇA VA ENSEMBLE étaient une agréable mise en bouche d’été, pour nous faire patienter jusqu’à la sortie du projet. Alpha Wann enchaîne les prouesses techniques et les punchlines maîtrisées, le tout sur des productions classiques. Sans crainte d’être contradictoire, il alterne introspection et égotrip, remise en question personnelle et affirmation de sa singularité. Après une semaine d’exploitation, UMLA enregistre 6222 ventes : 1444 en physique, 854 en digital et 3923 en streaming. Clairement sous-côté. On aurait presque envie d’enfiler un gilet et de descendre dans la rue pour crier à l’injustice.

01

XEU, Vald

2 FÉVRIER 2018

Février paraît tellement loin, XEU semble être sorti il y a des années. Début 2018, Vald, seul au monde dans un mois fantôme, dévoile son deuxième album. Succès commercial et professionnel unanime : l’artiste s’envole vers une nouvelle dimension. Une dimension où la vulgarité est déconcertante mais surpuissante et la tendresse arrive par rime improbable. Aux manettes, Seezy, producteur de la quasi-totalité de l’album, est aussi propulsé en tête d’affiche. Le tandem roule sur la concurrence, “Désaccordé” termine en tête des écoutes de l’année. Vald utilisera les 10 mois de l’année pour confirmer son nouveau statut d’indispensable. Intraitable en featuring, provoquant l’euphorie partout où il passe, il est notre rappeur de l’année 2018.