Suivez-nous

Grands Formats

On vous spoile l’année 2021 du rap jeu

Publié

le

Nekfeu a-t-il annoncé la fin de sa carrière, vraiment ?
© Lucien Courtine

S’il n’y avait qu’une seule chose à retenir de l’année rap passée, ce serait peut-être celle-ci : tout peut arriver. Absolument tout. Il est donc grand temps de se mettre en condition pour l’année qui arrive. Après consultation d’un voyant avec deux étoiles sur Trip Advisor, Interlude vous propose donc ses prédictions (quasiment) probables pour 2021. 

Si quelqu’un avait tenté d’avertir le monde sur 2020, sa vie, son œuvre, qui l’aurait cru ? Le double carton rouge de Booba par son réseau social favori (suivi d’un nude mielleux sur le réseau suivant), Kanye West prêt à installer sa chaise pliante derrière le bureau ovale, l’idylle Kalash Criminel/Polnareff, Mélenchon qui reprend Jul sur TikTok, un virus pas comme les autres… Kamoulox. Alors, en ces premières semaines de 2021, il est de bon ton de se préparer à tout. Et surtout au pire. Voici donc une ribambelle de prévisions pour les douze mois à venir. Certains espérés. Certains redoutés. Mais tous (presque) plausibles. 

Publicité

1er janvier. Un séisme de magnitude 6.67 dans le Périgord 

“Et trois ! Deux ! Un !” Après ça, le trou noir complet pour Moussa*. En cette première après-midi de 2021, le jeune Périgourdin est encore en état de choc. Aucun souvenir du réveillon. Seulement un séisme local et inexplicable qui fait la une de tous les journaux locaux. Assis la tête entre les mains des urgences de Sarlat-la-Canéda, il n’est pourtant le seul dans cet état. Autour de lui, une bande de jeunes en train de se hurler les uns sur les autres, sans pourtant sembler réussir à s’entendre. De certaines oreilles s’échappent quelques filets de sang. “VOUS ÊTES SÛR QU’ON L’A BIEN LANCÉ À 23:59:04 ??” beugle l’un d’entre eux. 

“J’AI MES DROITS J’AI MES MASTERS !” Reçu par le docteur, Moussa marmonne cette même phrase en boucle. “En 35 ans de carrière je n’ai jamais vu cela, affirme l’urgentiste. A part ces quelques mots, seul des acronymes incompréhensibles sortent de sa bouche : “MMS, LDO, NRM…” J’ai été obligé de lui prescrire de la codéine pour le calmer”. A la sortie de l’hôpital, un rendez-vous chez l’ORL lui a été prescrit, même chose pour ses amis. La magnitude du séisme vient de tomber : 6.67. 

Publicité

*Le prénom a été modifié. 

14 février. Une Saint-Valentin digitale pour Laylow 

Le rendez-vous galant tombe à l’eau. Où auraient-ils pu aller de toute façon ? Marcher main dans la main dans un rayon d’1 kilomètre, leurs visages masqués ? Même les livreurs Deliveroos sont cloîtrés chez eux. Laylow soupire. Une année a filé depuis la première activation de Trinity. Pourtant, son esprit n’a jamais été autant accaparé par elle. Par sa douceur. Par sa voix. 

Publicité

Un simple “logiciel de stimulation émotionnelle” ? Non. Il avait raison depuis le début. La réalité virtuelle n’est pas une fuite. Elle est devenue la seule échappatoire. Alors il ne tient plus. Il doit la retrouver. Même si c’est permanent. “Ré-initialisation du programme Trinity. Que diriez-vous d’un nouveau programme d’entraînement ?” 

http://generations.fr/media/video/thumb/870x489_5e2b35e5be013-laylow-trinityville-clip-rap-fr-2020.jpg
Clip TRINITYVILLE

5 mars. Booba : un pirate devenu apiculteur

4 mars 2021. Il est minuit moins une. L’ensemble de la Piraterie est survoltée. Le dixième album de Booba doit être libéré sur les plateformes de streaming dans moins d’une minute. L’attente a été longue, et le chemin davantage pavé de piques que de musique. Les douze coups de minuit sonnent enfin. Mais rien. Minuit et cinq minutes. Toujours rien. Seulement un tweet énigmatique du Duc : “Tombé pour miel”

Un message caché pour prévenir de l’arrivée de sa fameuse sextape sur les plateformes ? Les jours passent, et le mystère s’épaissit. Sur tous les réseaux, le 92i est renommé “92honey” ; Booba lui se renomme “Winniezi” et poursuit sa série de tweets inexplicables : “A.C Mielan”, “Nougat-beille” ; une photo volée de SDM, Bramsito, Dixon, et Bilton, tous en combinaison d’apiculteur, agite les réseaux … Jusqu’à ce fameux lien, partagé par Kopp lui-même : Caramiel.com. Un clic, et la nouvelle tombe : le Duc se lance dans un autre type de jaune : l’apiculture. “Seul le miel paie”

1er avril. Les Enfoirés se lancent dans la drill

Après La Menace Fantôme, l’Attaque des Clones. La France croit à un poisson d’avril. Mais le virus “drill” est définitivement plus contagieux que le variant anglais du Covid-19. Cette fois, c’est toute l’équipe des Enfoirés qui est testée positive. Prime Time de TF1, cagoules sur le visage et grillz dorés sur la denture, Vianney et Christophe Willem se glissent respectivement dans les rôles de Gazo et de Freeze Corleone. Le morceau ? Drill FR4. 

“LES BONBONNES SONT REMPLIES DE *******”. 31 secondes. La diffusion est stoppée nette par le CSA. Mais il n’en faut pas plus pour que Twitter s’enflamme. En quelques minutes, un hashtag explose dans les tendances : #Onveutvoirlatailledelakichta, suivi rapidement d’une question qui agite la twittosphère : Heuss l’Enfoiré fait-il partie des Enfoirés ? Quelques jours plus tard, l’annonce officielle tombe : Heuss l’Enfoiré rejoint les Enfoirés. 

1er mai. Nekfeu en garde à vue pour avoir frappé un fan 

Il les avait pourtant prévenus. “Ne m’appelle pas par mon prénom si je ne connais pas le tien”. Mais c’est l’étincelle de trop qui met le feu aux poudres. Sur la place de République parisienne, en queue de cortège de la manifestation pour la Fête du Travail, le beatmaker Diabi fait l’erreur de poster une story où ses followers ne tardent pas à reconnaître son premier collaborateur : Nekfeu. 

Très vite, une foule de groupies en furie s’agglutine autour de lui. “Ken !! Je t’ai casé dans mon bac de philo !” “J’écoutais pas de rap avant les RC !!” “Le rap c’est plus ce que c’était, merci de remonter le niveau avec Koba ou Zola…” “T’as deux minutes pour écouter un freestyle que j’ai clippé dans une laverie ??” Scruté par le reste des manifestants, interloqués par cet attroupement, Nekfeu leur crie calmement: “J’suis pas responsable des bouffons qui m’écoutent”. Mais un dernier fan a le malheur de prononcer ces mots à son oreille, qui finissent de jeter de l’huile sur le Feu : “Pour moi, t’es vraiment le Eminem français”. C’en est trop pour lui. Le premier coup part. Et une bagarre générale éclate. Interrogé par la police en garde à vue, Diabi ajoute une phrase que Nekfeu lui aurait soufflé avant de passer à l’acte : “Génération de ients-cli j’ai créé, du coup, je vais devoir les éteindre”. La sentence tombe : vingt heures de travaux d’intérêt général à passer auprès de ses fans, avec obligation de signer des autographes à tous ceux qui lui demanderont pendant les six prochains mois. 

28 juin. Dam-so Maness comme tube de l’été 

Les Bleus viennent de perdre en huitième de finale de l’Euro contre la Belgique. L’humiliation est cuisante. “Ramenez encore la coupe à la maison” dégringole au top Spotify, et Vegedream se voit retirer sa légion d’honneur. Angèle se voit interdite de territoire pour une date indéterminée, après que Thibaut ait été tout sauf courtois Le plat pays et l’hexagone sont sur le pied de guerre. 

Mais deux hommes, deux messies, réaffirment courageusement l’amitié franco-belge grâce à un morceau. Soso Maness invite Damso sur le remix de “So Maness”. Instantanément, le tube de l’été. Single de diamant en une semaine. De la Grand-Place de Bruxelles aux Champs-Elysée, un seul et même refrain : “Dam-So Maness, Damso-Soso Maness. Dam-so Maness, Dam-Soso Maness. Dam-So Maness, Dam-Soso Maness. Dam-So Maness, Dam-Soso Maness.” 

14 juillet. Roselyne Bachelot à Rap Jeu 

Les Ardentes annulées. Les Vieilles Charrues annulées. Dour annulé. L’été annulé. En guise de protestation, des festivaliers se relaient depuis maintenant deux semaines devant le ministère de la Culture pour hurler “DOUREUH” sans interruption, et multiplier les pogos sur “Bande organisée”. Pour tenter d’apaiser la contestation, la ministre fait une grande annonce sur TikTok : elle va participer à Rap Jeu. Et les enjeux sont colossaux : si elle gagne, les manifestants devront se disperser ; si elle perd, elle devra nommer Jul “chevalier des Arts et des Lettres”. 

Le 14 juillet arrive en un éclair. L’émission est suivie en live par plusieurs millions de personnes. Roselyne Bachelot est venue accompagnée de Doc Gynéco. Face à eux : Jean-Luc Mélenchon et Julien Beats. Rapidement, Mehdi Maizi est dépassé par les clashs qui fusent de gauche à droite. Comme toujours, tout doit se régler sur un “Roland Gamos”. Face-à-face Mélenchon-Bachelot (Beats et Gynéco en sont venus aux mains). La ministre insiste pour commencer par PNL, car elle adore le cloud rap. La partie ne peut pas débuter. Alors Mehdi choisit Guizmo pour recommencer. Et Jean-Luc Mélenchon écrase son buzzer : OLIVIER BESANCENOT. Roselyne Bachelot reste sans voix. Jul est décoré. Et Mélenchon repart avec le peignoir de Maître Rote-ca, ainsi que le titre de meilleur MC de France et de Navarre. “C’est déjà mon épisode préféré” avoue Mehdi Maizi. 

25 août. L’album commun SCH-Julien Doré : “Le J c’est le Hair”

La Saint-Louis. Comme chaque 25 août, le saint patron des coiffeurs est à l’honneur. Alors, loin d’arriver comme un cheveu sur la soupe, un duo musicalement improbable, mais capillairement compatible, dévoile son premier projet commun : “Le J c’est le Hair”, par Jvlivs Dorus. Aux manettes, deux Juliens de mêche pour coiffer la concurrence au poteau : SCH et Julien Doré. 

La collaboration, longuement teasée, coupe court à toute critique. Avec des featurings qui décoiffent : N.O.S, Lomepal, Joysad, Lujipeka, Hatik, Francis Lalanne… Pourtant, deux invités prévus manquent à l’appel. Florent Pagny et Ademo. La raison avancée ? Des divergences artistiques. Une version que les fans refusent d’accepter, en lançant le hashtag rapidement viral : #Jrespectehair. Pour eux, l’explication est limpide : discrimination capillaire (avec des preuves ici, et ). 

2 septembre. Aya Nakamura entre à l’Académie Française 

Pour tout le monde, c’est la rentrée. Même pour la première classe d’orthographe de France. Une rentrée très spéciale pour l’Académie Française, avec l’arrivée d’une nouvelle élève. Une nouvelle “immortelle” pour s’asseoir dans le fauteuil laissé vacant par Valéry Giscard d’Estaing, mais surtout, pour enfin faire bouger les choses. Car pour la première fois, elle a été élue par un vote ouvert à la France entière. 

Sa particularité ? Elle a 43 ans de moins que la moyenne d’âge des 33 autres seniors rassemblés au 23 quai de Conti. Son autre particularité ? Loin du conservatisme de ses collègues qui les pousse à aller jusqu’à prévenir toute féminisation des professions, Aya Danioko aime jouer avec les mots. C’est ce que le député LRM, Rémi Rebeyrotte, vantait déjà chez elle : “Quand je vois des jeunes comme Aya Nakamura qui aujourd’hui par sa chanson est en train de réinventer un certain nombre d’expressions françaises, ça me paraît absolument remarquable”. Car cette nomination, l’artiste francophone la plus écoutée dans le monde ne l’a pas volée. Et il ne lui faudra que quelques jours pour sortir un diss track sur l’un de ses petits camarades : “Finkielkraut la Pookie”

5 octobre. PNL clippent (prétendument) à la zone 51

“0510”. Depuis quelques semaines, tout contenu avait disparu des réseaux sociaux des deux frères. Sauf ces quatres chiffres. Comme à chaque fois, des théories, toutes plus abracadabrantes les unes que les autres, avaient eu le temps de pulluler. “C’est la fréquence de l’autotune qu’ils vont utiliser dans leur prochain morceau !!” ; “Ne cherchez plus, c’est un début de coordonnées GPS de leur prochain clip…” ; “Arrêtez vos conneries, c’est juste le prix de leur prochain survêt”. 

Au final, seule celle évoquant une sortie d’un clip ou d’un morceau le 5 octobre s’avère exacte. Mais encore une fois, les fans ont sous-estimé la fantasmagorie des deux frangins des Tarterêts. 17h10. Le clip est diffusé en live sur YouTube, avec une petite précision : “Ces images ont été tournées à la zone 51, elle s’auto-détruiront dans 24 heures”. L’événement qu’était déjà “Au DD” est largement supplanté. Pourtant un doute demeure : comment être sûr que c’est vraiment la zone 51 ? 

Privé de visa, PNL contraint finalement de renoncer à se produire à Coachella

9 novembre. Népal, 730 nuits

Deux années ont passé. Bien plus que 444 nuits. Pourtant le chagrin continue à peser doucement. Alors, comme depuis deux ans, l’évasion reste la même : continuer à faire vivre l’art de Népal. Continuer à écouter cette musique douce mais lancinante, mélancolique mais philanthrope. Continuer à le laisser nous guider dans son monde, pour continuer à avancer dans le nôtre. Le quatrième confinement est arrivé. Le temps est la seule chose qui ne manque pas. Alors il est grand temps d’en (re)prendre 38 minutes et 11 secondes. 

31 décembre. Vald : “Tout compte fait, ce monde était pas si cruel…”

L’année touche enfin à sa fin. Une année blanche. Le Covid-19 a muté jusqu’à devenir le Covid-21. Les festivals ont tous été reportés à 2022. Booba a définitivement quitté le rap jeu pour se concentrer exclusivement à l’apiculture. “Ultraviolet” n’est toujours pas sorti. Les deux frères de PNL se sont séparés après la découverte d’un début de calvitie sur le front d’Ademo. Nekfeu a fait ses adieux à la civilisation pour intégrer un temple bouddhiste dans le Cantal. Même Jul n’a pas trouvé le courage de sortir d’album au cours des douze derniers mois, dévasté par la mise en examen de Didier Raoult. 

C’est dans cette ambiance post ou pré-apocalyptique que Vald décide de sortir enfin une réédition de son dernier album, plus de deux ans après sa sortie. Le corps désormais recouvert d’écailles (après une chirurgie moyennement réussie pour endosser le costume de Lézardman), il apparaît en larmes sur la couverture. Le titre ? “Tout compte fait, ce monde était pas si cruel…”

Bonne année. Et bonne chance.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *