Suivez-nous

Musique

Avec le clip de “Pièces Détachées”, Gringe rend un hommage émouvant aux enfants délaissés

Publié

le

Avec le clip de "Pièces Détachées", Gringe rend un émouvant hommage aux enfants délaissés

Sans surprise, le troisième morceau mis en image de l’album Enfant Lune de Gringe est “Pièces Détachées”. C’est en effet l’un des morceaux les plus écoutés de l’opus, et par la même, l’un des plus touchants.

Trois mois après le – extrêmement personnel – clip de “Scanner”, Gringe est revenu en vidéo avec “Pièces Détachées”. Toujours dans l’ambition de proposer des visuels recherchés, sincères et émouvants, le rappeur a offert ce matin son plus beau clip. Pour cause, l’histoire que ses paroles relatent est d’une honnêteté décomplexée et témoigne d’un lien de plus en plus fort avec son public. Avec ce titre, il avait effectivement bouleversé nombreux de ses fans à la sortie du disque, lesquels avaient pu facilement s’identifier aux propos de l’artiste.

Oui, parce que “Pièces Détachées est le récit d’un schéma familial complexe, où le père est régulièrement absent et infidèle. Toutefois, malgré ses fautes, l’enfant, ne peut s’empêcher de continuer à chérir les précieux moments vécus avec son paternel. Et cette situation vécue par Gringe, a de tragique le fait qu’elle n’a rien de singulier. En effet, l’artiste est loin d’être le seul à l’avoir subie. C’est donc en hommage à tous ces jeunes, qui comme lui, doivent vivre avec le poids d’une absence, que Gringe a tenté d’imager ces sentiments en demi-teintes. Dès lors, la haine se mêle à l’admiration, dans ce scénario où la figure paternelle inspire autant qu’elle provoque le mépris.

À travers “Pièces Détachées”, Gringe peint le portrait de milliers de familles déconstruites

Par son propre vécu, le rappeur est alors parvenu à relater un sujet universel, celui d’aimer un père qui nous oublie. Le clip se déroule dans ce qui semble être l’enfance de Gringe, nous faisant pénétrer une nouvelle sphère de sa vie personnelle, comme c’était déjà le cas avec le clip précédent. Dans un paysage enneigé, le réalisateur, Lionel Hirlé, a donc reproduit quelques bribes des souvenirs de l’artiste. Au détour d’une ballade en forêt avec son père, un jeune enfant apprend alors à chasser, à faire du feu ou encore à couper du bois.

À LIRE
James Bond : Lashana Lynch sera le prochain agent 007

Plus tard, lorsque le papa sera parti, ce dernier essayera de reproduire lui-même ce que son père lui a transmis. Sauf que si l’adulte en question lui a donné la possibilité d’élargir son horizon par de nouveaux savoirs, il n’a pas eu le temps de l’avertir des dangers des pratiques qu’il effectuait pourtant devant ses yeux. Ainsi, l’enfant en grandissant prendra de nombreux risques, par la simple volonté d’imiter son parent.

Et comme l’explique Gringe dans les sensibles paroles du morceau, face à une telle situation, on a parfois tendance à reprendre, inconsciemment, les erreurs qui nous ont été inculquées. Ayant vu son père quitter le domicile familial, embrasser une autre femme et délaisser son fils, le rappeur montre et explique qu’il a peur d’être, tôt ou tard, lui aussi tenté de fuir.

Expliciter des situations aussi intimes n’était alors pas une tâche aisée. Pourtant, Gringe et Lionel Hirlé se sont prêtés à l’exercice avec brio, faisant preuve d’un grand recul et d’une belle pertinence. Les images sont sublimes, et l’histoire l’est d’autant plus. Hanté par une enfance en “pièces détachées”, Gringe, par ce clip, permet à d’autres d’apaiser au moins un temps, ces blessures familiales qui ont (souvent) la peau dure.

À voir aussi :