Suivez-nous

Musique

Jok’Air : « Je ne suis pas à la place que je mérite »

Publié

le

Jok'Air : « Je ne suis pas à la place que je mérite »
Crédit photo : @_alexdcrl

Sur son compte Instagram, Jok’Air s’est lancé dans une grande tirade qui évoque sa place actuelle dans la musique, qu’il considère comme erronée. Zoom.  

« Je suis là pour éduquer musicalement et visuellement la France », martèle Jok’Air sur son compte Instagram. Il y a quelques jours, l’artiste a dévoilé un long message dans lequel il parle de son ambition dans la musique, son rapport avec elle, ainsi que sa place dans l’industrie. Le texte est accompagné d’une vidéo, dans laquelle il demande à ses fans de venir le voir en privé pour découvrir son nouveau clip, « un gros banger » selon lui.

Jok’Air, pierre angulaire d’une génération ambitieuse

Sans langue de bois, certains passages de ce texte publié sont très intéressants, car il montre (et c’est rare) le ressenti d’un rappeur par rapport à l’affect que lui voue la communauté rap. Jok’Air semble être plutôt lucide sur son positionnement dans le rap, sur ce qu’il propose, mais également sur sa place commerciale. « On ne peut me comparer à personne », avoue-t-il. Et c’est vrai. L’identité de Jok’Air, qu’elle soit visuelle ou musicale, déroge avec ce qu’il peut se faire dans le rap actuellement. Avec des inspirations très américaines, modelées façon françaises.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Je suis là pour éduquer musicalement et visuellement la France (on ne peut me comparer à personne). Je ne suis pas à la place que je mérite, à la place que je dois être par rapport à ce que je propose, loin de là. Mais je suis quand même fièr de vous tous. Fièr de tte la positivé que vous me rendez, fièr de performer, d’exceller, d’être remarqué à l’étranger pour ce que je fais de meilleur. Comme ma communauté grossit de jr en jr, et cela grâce à vous mes Support’Air, là, j’ai décidé d’envoyer un énorme clip, un dernier cadeau avant de venir vous voir lors de mes concerts dans toute la France. Venez me poser la question en dm et je vous dis tous sur cette grosse surprise. Plus besoin de me justifier de comment je suis proche de vous tous. On discute tout les jours ensemble en Messagerie insta. Donc venez en messagerie seulement, je vous dis tous. 🔎 @_alexdcrl

Une publication partagée par Jok’Air. (@bigdaddyjok) le

Après, Jok’Air n’est pas vraiment le seul artiste dans cette situation. La nouvelle génération française, de manière générale, se montre très ambitieuse et produit du contenu bien au-dessus de sa capacité. En terme de clips et de recherche artistique, ils se montrent très persuasifs. Le problème ? Ils sont nombreux, trop nombreux. Et ce, jusqu’à créer des embouteillages dans leurs progressions respectives.

« Je ne suis pas à la place que je mérite, à la place que je dois être par rapport à ce que je propose, loin de là », juge Jok’Air, et encore une fois, c’est le cas pour d’autres artistes. Il a sorti un film, un double album surprise, avec une qualité de son très soignée, sans avoir de réelles retombées. Le game est cruel.

À LIRE
Ateyaba a balancé une nouvelle patate, on fait le point ?