Suivez-nous

Musique

Le Louvre inondé dans l’éblouissante oeuvre “Breaking News”

Publié

le

L'artiste géorgien Tezi Gabunia imagine ce qu'aurait pu engendrer les inondations parisiennes de 2018 dans une oeuvre en format vidéo. A couper le souffle. 

L’artiste géorgien Tezi Gabunia imagine ce qu’aurait pu engendrer les inondations parisiennes de 2018 dans une oeuvre en format vidéo. À couper le souffle.

Le lundi 29 janvier 2018, La Seine a atteint 5,84m. Une crue dévastatrice, notamment en Île-de-France. Au total, 1 500 personnes ont dû quitter leur logement tandis que 1 500 foyers sont restés privés d’électricité.

Lors des inondations de 2016, certains musées parisiens avaient été contraints de fermer leur porte au public. De plus, un certain nombre d’œuvres avait été protégé et placé dans des lieux hors d’atteinte de la montée des eaux. Près de 25% des œuvres détenues par le musée du Louvre avaient été mises à l’abri. En 2018, les établissements culturels ont renouvelé leurs précautions à l’instar du département des Arts de l’Islam du Louvre, Orsay ou l’Orangerie, par exemple.

Avec son oeuvre “Breaking News : Flooding of the Louvre” (“Urgent : Le Louvre inondé”), comme le relaye HypeBeast, Tezi Gabunia imagine ce qu’aurait pu devenir le musée du Louvre lors de cette catastrophe écologique.

Avec “Breaking News”, Tezi Gabunia tire la sonnette d’alarme

Présentée au Armory Show de New-York, qui s’est tenu du 5 au 8 mars derniers, “Breaking News : Flooding of the Louvre” est une oeuvre tristement fascinante. Ce format vidéo de près de deux minutes attire l’attention du spectateur sur les conséquences probables des catastrophes écologiques à l’instar de la crue de 2018. Avec cette oeuvre, Tezi Gabunia avertit le public du danger que représente les inondations et par extension les problèmes liés à l’écologie.

«L’ampleur de la catastrophe est souvent difficile à évaluer à partir de la couverture médiatique. Dans l’oeuvre “Breaking News”, l’inondation pénètre lentement dans la salle du Louvre, laissant le spectateur observer progressivement la destruction de l’intérieur. On rapproche le spectateur de ce qui ne s’est pas produit mais pourrait facilement se produire», explique l’artiste.

L’oeuvre “Breaking News” de Tezi Gabunia sera présentée dans un espace de 19 mètres de long à la Tbilisi Art Fair en Géorgie en mai prochain. De quoi, on l’espère, provoquer une réelle prise de conscience.

Dans le reste de l’actualité : À Coachella, un compte à rebours contre le Coronavirus.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *