Suivez-nous

Culture

L’improbable histoire de la chanson d’un pédophile dans Joker

Publié

le

Joker

Les réalisateurs du Joker ont eu la bonne idée d’intégrer dans la bande son du film une musique interprétée par un pédophile, Gary Glitter. Et ça renferme son lot de polémiques.

Grande star du glam rock à la fin des années 1990/début des années 2000, Gary Glitter fait partie de ceux qu’on aimerait bien oublier. C’est simple, l’artiste purge une peine de 16 ans de prison au Royaume-Uni pour des faits pédophiles. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir laissé une trace indélébile dans l’industrie musicale, notamment avec son morceau “Rock & Roll Part. 2”, présent dans Joker.

L’utilisation du morceau n’est pas un crime en soi, il est nécessaire de dissocier l’art du personnage. Toutefois, la polémique a émergé sur les réseaux quant aux retombées financières de son utilisation dans une telle production. Même derrière les barreaux, Glitter possède-t-il encore les droits de son morceau ? “Gary Glitter n’est pas payé, nous n’avons eu aucun contact avec lui”, note un représentant de Snapper Music, qui gère la bande son du film.

“Aucune redevance ou contrepartie”

En fait, les droits du titre appartiennent à Universal Media Publishing aux États-Unis et la firme s’est assurée de ne filer aucun billet à Glitter. “Les droits d’auteurs de Glitter pour ses chansons appartiennent à UMPG et d’autres parties, donc UMPG ne lui versera aucune redevance ou contrepartie.” C’est dit.

La question se pose toutefois quant au choix du morceau : a-t-il été délibéré ou effectué sans la moindre connaissance de l’auteur ? Joker, qui cartonne au box-office, offre une exposition certaines au condamné par l’utilisation de son morceau. Lequel est, selon We Got This Covered, régulièrement utilisé lors d’événements sportifs ou récemment, dans un épisode de The Office.

À LIRE
Sur les réseaux, Nekfeu remporte le tournoi des rappeurs