Suivez-nous

Musique

Vous vous souvenez du beatmaker recherché par PNL ? Il aurait vendu son instru’ à un autre rappeur

Publié

le

PNL

Souvent inactifs, les rappeurs de PNL étaient réapparus brièvement la semaine dernière pour retrouver le beatmaker d’une instru’ qu’ils voulaient pour leur nouvel album. Apparement, l’homme en question avait déjà vendu son morceau à quelqu’un d’autre.

Les deux frères demandaient en milieu de semaine dernière l’aide de leur public pour trouver le créateur d’une instru’ qu’ils avaient apprécié. Unique apparition du groupe de ces derniers mois, le tweet avait fait l’effet d’une bombe, témoignant du retour proche des artistes. Or, une semaine plus tard, un de leurs fans semble (enfin) avoir mis la main sur le beatmaker du fameux son publié sur le compte de PNL. Toutefois, c’est grâce au morceau d’un rappeur qu’il l’a retrouvé, prouvant alors que ce dernier a déjà vendu son beat à un quelqu’un d’autre. Voir son instru’ dans le nouveau projet de PNL aurait pu marquer un tournant décisif dans sa carrière. Aujourd’hui, le producteur doit s’en mordre les doigts, mais qui aurait pu deviné un jour que son morceau se retrouverait sur le Twitter du célèbre duo ?

En revanche, leur annonce publique ne peut signifier qu’une chose : les artistes avaient déjà commencé à poser sur la prod’ avant de réaliser qu’ils n’en avaient pas les droits. Ainsi, ils risquent donc de tout faire pour récupérer l’instru’ pour leur nouvel album, eux qui n’ont pas hésité à dépenser plus de 160 000 euros dans leur prochain clip. Mais attention, ça ne marche pas à tous les coups, preuve en est avec leur morceau “Tempête”, qui s’est vu retiré hier des plateformes de streaming sûrement pour les mêmes raisons.

PNL connaissait peut-être déjà ceux se cachaient derrière le son publié sur leurs réseaux sociaux

Ce qui étonne malgré tout, c’est que le beatmaker qui a produit le son dont ils avaient besoin est en réalité un duo, du nom de Yann Dakta & Rednose. Et si le nom ne vous dit rien, c’était déjà eux derrière les instru’ de “Jusqu’au dernier gramme” et “Athéna” notamment. Pourquoi les deux frères feignent-ils alors de rechercher des artistes avec qu’ils ont – manifestement – déjà collaboré par le passé ? Et si ce n’était là qu’un énième coup de communication ? Seul l’avenir nous le dira.