Suivez-nous

Musique

Laylow : on vous raconte l’histoire du sample dans « IVERSON »

Publié

le

laylow Iverson

« IVERSON », pièce marquante de LEHDMA, rend hommage au basketteur du même nom. Laylow y a même samplé une de ses actions les plus légendaires.

Il y a un peu plus d’un an, Laylow dévoilait en grande pompes son deuxième album studio. Revêtant des ambitions narratives toujours aussi importantes, L’étrange Histoire de Mr. Anderson jouissait aussi d’un casting dantesque. Mais au milieu des collaborations géniales, c’est un morceau solo de Laylow qui attirait toute notre attention dès les premières minutes de l’album. Troisième piste de cet opus, « IVERSON » en est certainement l’une des meilleures, renfermant en son sein un hommage à l’un des basketteurs les plus iconiques de sa génération.

A lire aussi : parlons des prises de positions fortes derrière L’étrange histoire de Mr. Anderson.

Publicité

Un sample bien senti

Au delà du titre du morceau, et d’une line de Laylow nous rappelant au bon souvenir d’Allen Iverson – «Obligé d’rester agressif, Iverson avec les tresses, j’me roule une fusée dans ma détresse» – c’est surtout le sample entre 1:06 et 1:16 qui capture toute l’aura du basketteur. Comme l’a relevé TrashTalk, cet extrait reprend les commentaires de Marc Zumoff devant l’une des actions les plus iconiques de l’histoire de la NBA.

Face à son défenseur, Allen Iverson s’élance. Changement de direction entre les jambes et son adversaire direct est à terre. Mais le meneur n’en a pas assez et enchaîne alors sur un deuxième changement de direction, renvoyant son défenseur au sol une seconde fois.

Publicité

Un tel move aujourd’hui aurait sans aucun doute fait exploser les réseaux sociaux. Avant-gardiste dans son approche du jeu, Allen Iverson partage ça avec Laylow. Ainsi qu’un sens du spectacle et une position d’outsider lui ayant longtemps collé à la peau. Si Laylow a réussi à s’en émanciper, on ne peut pas en dire autant d’Iverson, restant encore aujourd’hui, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire n’ayant jamais été champion. Et ça valait bien un tel hommage.

Dans le reste de l’actualité, Dinos : un morceau de 2018 explose les streams cette semaine.

Publicité

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *