Suivez-nous

Musique

Lomepal raconte le jour où il a fait écouter “Sur le sol” à sa mère

Publié

le

lomepal sur le sol flip
© Raegular

“Sur le sol”, conclusion éblouissante du Flip de Lomepal, révèle une histoire introspective et abstraite avec sa mère. Il s’est souvenu de sa première écoute. 

«T’es tu déjà dit que la mort de ta mère te ferait du bien ? Moi, oui». “Sur le sol” a trois ans, tout comme Flip. À l’époque, il s’agissait certainement du titre le plus introspectif qu’il n’avait jamais rédigé, déployant les souffrances de sa mère, et la complexité de leur relation, à travers une oeuvre émotionnellement forte. De quoi même lui inspirer une référence au  “Cleanin’ Out My Closet” d’Eminem avec le «où est ma caisse claire ?» qui ouvre le morceau.

À plusieurs reprises au fil de ses entretiens, Lomepal s’est confié sur ce morceau sensible dans lequel il se met à nu.  «Je pense que c’était ça le seul moyen pour moi de faire un bon album : raconter la vérité, parce que je ne l’avais jamais vraiment fait», expliquait-il à RFI. S’il était pudique sur certains sujets, l’artiste a préféré s’explorer sans frontière pour dévoiler un panorama complet de son oeuvre artistique. «Je voulais le faire dans un seul et unique but artistiquement intéressant», poursuit-il, avant d’évoquer “Sur le sol”.

Et aussi : Lomepal dévoile ses touchantes conversations avec sa mère pour “Jeannine”

Lomepal : «Je lui ai fait écouter et elle l’a bien pris»

«C’est ce que j’ai expliqué quand je lui ai fait écouter le morceau sur elle, raconte-t-il. Je lui ai dit : “Tu sais des fois même si ça fait mal, c’est important de le faire quand même, parce que c’est pour une belle oeuvre”. C’est plus beau que tout ce qui compte sur Terre». «Je lui ai fait écouter et elle l’a bien pris», concluait-il à l’époque pour La sauce.

“Sur le sol” a certainement permis à Lomepal de se découvrir une entièreté artistique, capable de muer ses maux les plus profonds en textes et émotions. D’ailleurs, la scène décrite par l’artiste dans la conclusion de Flip se veut particulièrement abstraite, et livre l’auditeur à sa seule interprétation. «Si je racontais l’histoire telle qu’elle est les gens verraient que ce n’est pas la même que la leur et ça créerait des murs entre nous, poursuivait-il, cette fois-ci pour L’Abcdr du Son. Mon histoire n’a pas d’importance : c’est ce que j’ai ressenti qui est important. Et je pense que plein de gens ont déjà ressenti la même chose.»

Dans le reste de l’actualité, Lomepal : « Après Jeannine, j’ai finalement revu ma grande soeur après 10 ans »

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: "Flip" en cinq morceaux : le chef d'oeuvre de Lomepal

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 SAS INTERLUDE MÉDIA