Suivez-nous

Musique

Maes : «C’est bien beau d’avoir un bon son, mais on en fait quoi si personne ne l’écoute ?»

Publié

le

Maes : «C’est bien beau d’avoir un bon son, mais on en fait quoi si personne ne l’écoute ?»
Photo @misterfifou

Tandis qu’il vient de dévoiler son nouvel album Les derniers salopards, Maes est revenu sur son rapport aux chiffres et au streaming. Le nerf de la guerre.

« La musique est devenue mon métier, donc je fais attention aux chiffres », explique Maes. Pour Les Inrocks, l’artiste a évoqué son rapport à la musique, désormais noyée dans les chiffres et les statistiques, et sa recherche perpétuelle du « tube ». Il développe une notion rare dans le rap : comment les artistes établissent leurs stratégies pour cartonner avec leurs albums ?

De son côté, Maes reconnaît trois potentiels tubes dans son opus, essentiellement liés aux trois collaborations avec Ninho, Jul et Booba, « des titres zumba, avec une vraie volonté de faire danser. » Il s’appuie néanmoins sur les retours du public pour construire ses nouvelles tracklists.

Analyser ses derniers projets, en tirer des conclusions pour jauger les risques à prendre dans son successeur et les erreurs à ne plus commettre. « Ça m’évite de me répéter, ça me donne envie de repousser mes limites et ça me permet d’identifier les sons qui ont fonctionné auprès du public. C’est important de donner aux gens ce qu’ils veulent entendre. »

Maes : « C’est important pour sentir la progression »

Il dévoile également une facette plus rare d’un artiste : sa capacité à analyser le succès d’un album après sa sortie. « Avec l’application Spotify Artists, je peux mater mes statistiques à tout moment, et c’est important pour sentir la progression ou non, reprend-il. C’est bien beau d’avoir un bon son, mais on en fait quoi si personne ne l’écoute ? » C’est vrai.

Une manière de comprendre le fonctionnement d’un artiste en 2020, capable d’évaluer en détail les chiffres d’un opus, pour lancer ou non ses prochains singles. Lucide sur les nouveaux modes de consommation et les différentes modes qui ponctuent le rap français, Maes enfile également le costume d’un data analyst au moment de concevoir sa tracklist. Criant.

Dans le reste de l’actualité, Da Uzi a offert une interprétation poignante de son titre “J’ai pris la route” sur le Planète rap de Maes. 

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *