Suivez-nous

Musique

On a fait un petit tour sur l’ancien Skyblog de SCH

Publié

le

On a fait un petit tour sur l'ancien Skyblog de SCH

Schneider-Officiel, l’ancien Skyblog de SCH est une pépite phénoménale qui se devait d’être partagée. 

Merci Konbini. Vraiment. Dans sa vidéo dédiée aux anecdotes entourant SCH, le média a déterré un vieux Skyblog du S intitulé Schneider-Officiel. Il méritait clairement un peu plus d’analyse que les quelques mots de SCH à ce propos qui tente péniblement de se justifier. «Toute ma génération a eu un Skyblog. C’était une génération incroyable.» C’est clair, incroyable mec.

On trouve déjà un maxi de très mauvais goût, Revendique ma zone. Ah, elles sont loin les covers de Fifou et de son sublime avion écrasé sur un Rooftop. Les deux doigts pointés vers l’avant, un détourage collé sur une photo de parking avec la 307 en fond : kiffant. Détail non négligeable : les boucles d’oreille scintillantes.

SCH livrait déjà quelques punchlines marquantes, illustrées avec des selfies propres aux cheveux gelés. «Ils veulent quoi, qu’on commette l’outrage pendant la fouille ? Comme Mimi Mathy, ils s’ront à l’aise pour me manger les couilles !» Pas mal, pas mal. Quelques sons poussiéreux sont également à retrouver quand certains ont même été supprimés.

86 000 vues sur le blog, propre

On découvre toutefois la promotion de son fameux “Lampadaire”, qui pointe à 400 000 vues sur YouTube. Encore sous le pseudonyme de Schneider, l’artiste avait tout de même un sacré flow et déjà une attitude qui transitait vers son identité actuelle. Bon, vestimentairement parlant par contre, c’était moins ça.

Ce n’est qu’en mars 2012 que SCH a choisi de quitter Skyblog pour aller vers Facebook. Alors, il faisait la promotion de Schneider official Schwarzer, désormais supprimée. Et c’est bien dommage. À noter que le blog a été consulté, quand même, près de 85 000 fois. On frôle le platine du Skyblog.

En vrai, on rigole, mais les publications datent de près de dix ans, à une ère où ces blogs s’avéraient à la pointe de la communication (oui, vraiment). En plus de ça, les posts dévoilés, bien que vieux, répondent à leur génération, et surtout, à l’authenticité de l’artiste aujourd’hui. C’est Marseille, bébé.