Suivez-nous

Musique

Vald et Damso : l’histoire classée X de “Vitrine”

Publié

le

vald damso

Dévoilée en janvier 2017, “Vitrine” de Vald et Damso, est une collaboration culte, déposée à l’entrée de leurs explosions respectives. Voici sa petite histoire.

«Triste vie, derrière vitrine, triste vie». Vald et Damso, parés de lunettes de soleil et enfermés dans ce cube vitré aux ambiances club : l’affiche est fantasmatique et depuis généreusement entrée dans la légende au rythme des carrières spectaculaires de ses deux auteurs. “Vitrine”, dissimulée au coeur d’Agartha, est une subtile rencontre entre les univers salaces, trashs et audacieux d’artistes créatifs aucunement gênés par la soif de provocation. Avec son clip “-18” et sa couronne de platine, il s’agit d’une pièce fondamentale de deux des discographies les plus importantes de la fin des années 2010. On vous raconte sa petite histoire.

Nous sommes en janvier 2017, et à l’époque, Vald entre définitivement dans la cour des grands avec son premier album Agartha. Niveau collaborations, il fait plutôt dans la sobriété : outre l’inévitable Suikon Blaz AD, Vald parie sur Damso pour l’accompagner sur le morceau “Vitrine”. On est quelques mois avant Ipséité : le Bruxellois n’est pas encore le monstre commercial auto-proclamé “Streamso”, et Vald n’est pas non plus l’immanquable trublion déchaîné de “Désaccordé”. À l’époque, bien que confirmés, les deux artistes ne sont qu’à l’entrée de leurs discographies respectives. Vald justifie son choix par la force que dégageait Damso à l’époque, en le jugeant à son niveau de notoriété.

Vald sur Damso : «C’est une machine»

«Il faut inviter des gens qu’on aime, explique Vald en 2017 à Booska-P. Et effectivement, en terme de rap, je trouve que ça déchire. Et c’est quelqu’un que je trouve fort, donc c’est important de prendre des gens qui sont impressionnants. Il faut aussi sélectionner des gens qui sont à peu près dans la même catégorie d’influence». Des éléments qui forcent Vald à prendre contact avec Damso, avant de se faufiler dans un train jusqu’à Bruxelles. Le Parisien s’est d’ailleurs avoué plutôt impressionné de la performance de son invité. «C’est une machine. Quand je suis arrivé, il enregistrait. Il nous a dit : “Attendez les gars je finis, posez-vous”. Il a fini d’enregistrer un morceau, il est venu, on a écouté vingt prods, et paf il a posé un refrain et son couplet. Choqué».

Publicité

Finalement, le morceau narre, au détour d’une atmosphère langoureuse et délicate, la «triste vie» de deux artistes, enfermés dans un sex-club. Le duo, habituellement généreux sur les références salaces, s’en donne à coeur joie pour illustrer leur notoriété inspirés de drogue et de sexe. Carton critique et commercial immédiat, “Vitrine” a évidemment eu droit à un clip, quelques mois plus tard. «On s’était dit qu’on clipperait ce titre dès l’enregistrement studio car il possédait une âme et une couleur différente des autres titres de l’album, avoue Vald à YARD. À la sortie d’Agartha, il y a eu un véritable engouement du public pour ce titre avec des retours très positifs et un nombre de streams assez hallucinant, ce qui nous a conforté dans notre idée». 

Le 3 avril 2017, “Vitrine” arrive sur YouTube. Réalisé par Kub & Cristo, le visuel conforte l’image provocatrice et ambiguë du duo. On y aperçoit Vald et Damso, enfermé dans un cube enfumé, tandis que plusieurs femmes se masturbent devant eux. «Nous avons alors eu l’idée d’inverser le concept du “peep-show”, VALD et Damso seraient dans la cabine, représentant le fantasme du rappeur, devant des femmes se masturbant, prenant du plaisir face à leur performance, poursuivent les réalisateurs, toujours pour YARD. Métaphoriquement, nous illustrons ainsi comment l’artiste est prisonnier de son image, de la “vitrine”. Par ailleurs, ça nous a semblé original de détourner les codes misogynes du rap.»

Publicité

«On se touchait devant Damso, forcément, ça l’amusait un peu»

Les trois femmes sont interprétées par des actrices X : Anna Polina, Cara Saint-Germain et Jessie Volt. Le clip les dévoile dans des positions plutôt explicites, bien que floutées. Allant au bout de leur initiative, Vald et son équipe ont publié une autre version de visuel sur Pornhub, cette fois-ci non censuré. Une démarche qu’il avait déjà réalisé quelques mois plutôt par l’intermédiaire de son triptyque “Selfie”, où il avait carrément imaginé une oeuvre pornographique pour le troisième volet de son morceau. Évidemment, la version déposée sur YouTube sera soumise à une limite d’âge.

Aussi, les scènes dévoilées lors du clip prêtent à diverses contestations. Déjà perturbateur à l’époque, Vald a plutôt conforté son image en compagnie de Damso, pour qui les problèmes viendront plus tard. Pour l’actrice Cara Saint-Germain, les interprétations sont multiples. «Chacun voit “Vitrine” comme il le veut, de manière misogyne ou féministe, avoue-t-elle aux Inrocks. Comme un tableau abstrait, tu le renverses dans le sens qui t’arrange. Le clip est artistique et l’art a tous les droits. Damso est un conteur d’histoires dont le flow pourrait te raconter l’Odyssée. Vald, lui, est spectateur de sa vie : quand sa voix retentit, tu as l’impression d’assister à la scène.» Elle garde toutefois un bon souvenir du clip : «Avec Anna Polina et Jessie Volt, on se touchait devant Damso. Forcément, ça l’amusait un peu.»

Ce visuel léché mais chargé de double-sens accentue le côté glorieux de cette collaboration. Car depuis, Vald et Damso ont pénétré de toutes autres sphères, devenant de puissants mastodontes commerciaux. La douce vibe de “Vitrine” aura même eu droit à plusieurs interprétations sur scène. La plus légendaire restera certainement celle à l’Olympia, fin 2017, à l’occasion de l’Ipséité Tour. C’est ce jour-là que Vald en a profité pour annoncer la sortie de Xeu pour le 2 février, alors qu’il n’avait même pas commencé à bosser son album. S’ils se sont ensuite rejoint sur scène à leurs Bercy respectifs, Damso et Vald n’ont toutefois jamais donné de suite à leur “Vitrine”. Il faudrait songer à y remédier.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *