Suivez-nous

Musique

Ivre, il critique Alpha Wann et termine en garde à vue

Publié

le

alpha wann

Visiblement saoul après un apéro-visio avec ses collègues de boulot, un internaute a tenté d’émettre quelques critiques sur Alpha Wann sur Twitter. Il a fini la nuit en garde à vue. 

Les mesures de confinement imposées par le gouvernement n’empêchent manifestement pas la tenue de comportements répréhensibles. Ce mardi, dans la soirée, un internaute en a fait les frais. Osant émettre quelques critiques à l’encontre d’Alpha Wann, il a d’abord déclenché un tollé sur le réseau social avant d’être interpellé, à son domicile par les forces de l’ordre.

Parmi les analyses exposées dans son thread, l’utilisateur jugeait qu’Alpha Wann n’était «pas si technique» et avait «tendance à en faire trop». Si les messages ont bien évidemment étaient supprimés par la suite, certains jurent avoir aperçu la mention d’un artiste «surcôté par les puristes».

«Encore un qui veut faire son intéressant…»

Des propos qui ont longuement fait réagir la twittosphère. «Encore un qui veut faire son intéressant…», regrette un utilisateur, lorsqu’un autre interpelle directement Twitter jugeant «inacceptable qu’un réseau social où règne le savoir-vivre puisse donner lieu à de tels comportements».

Les autorités ont été vites mises au courant et le suspect a pu être identifié. Une équipe a été envoyée à son domicile et a emmené le twittos hystérique en garde à vue. En détention, il a justifié ses agissements par l’alcool, précisant avoir participé à un apéro-visio avec ses collègues de boulot. «On s’est donné rendez-vous à 19 heures sur Skype et on a bu. Beaucoup bu. J’ai même oublié d’aller applaudir sur mon balcon à 20 heures…», a révélé le suspect aux enquêteurs, déclenchant une nouvelle vague d’indignation des internautes.

La préfecture du Pas-de-Calais, dont est issue le trublion, a précisé, plus tard dans la soirée, qu’il sera bien évidemment jugé pour ses propos. Le principal concerné, Alpha Wann n’a, lui, pas réagi à la polémique.

Évidemment, et comme c’est la tradition sur Interlude, cet article est un pur poisson d’avril. 

Dans le reste de la (fausse ?) actualité, le Snep interdit à Ninho de faire plus d’un feat par mois. 

Et aussi, après trois semaines en studio, Jul n’avait pas remarqué le confinement

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *