Suivez-nous

Musique

Clip animé : quand le rap nous offre de petites merveilles

Publié

le

clip animé booba nekfeu doums roméo elvis

Les nouveaux clips de Michel et Matou nous ont donné envie de recenser quelques merveilles d’animation offertes par le rap français de Nekfeu à Booba, en passant par Doums et Roméo Elvis. 

“Tejla”, le nouveau clip animé de Michel vient d’être dévoilé ce mardi 19 mai. Un clip dans un style jeu vidéo rétro, où l’artiste apparaît plus pixelisé que jamais. Quelques jours en arrière, le 15 mai, le producteur Matou avait invité PLK sur son morceau “Grosses Sommes”, dans un clip animé au style cette fois-ci bien plus actuel. Loin d’être un phénomène bien-sûr, les rappeurs nous ont tout de même habitué à balancer de temps en temps ce genre de frappes visuelles. Alors, intéressons-nous maintenant à ce que le rap français nous a offert de mieux en la matière sur ces quatre dernières années.

“Gotham” – Booba, 2018

Un pied au sommet du rap game, Booba cherche maintenant à conquérir la cruellement sombre ville de Gotham dans un clip animé réalisé par Malécandco. Sur fond de trafics de substances illicites, le MC enfile le costume de Batman pour traquer et détruire ses adversaires dans un Gotham ténébreux et désenchanté. Toujours quelques petits pics ci et là : La Fouine, Rohff et Kaaris sont représentés à traîner devant un club pour le moins douteux, et se font chacun trancher la tête par le Duc. Damso est également au casting, témoin d’une époque où le MC bruxellois et Booba étaient dans le même camp.

Et aussi : Booba et le 92i : nouvelle saison, nouveaux poulains.

Un clip animé virtuose dans sa manière de dynamiser les scènes d’affrontement. Si vous voulez voir Booba massacrer une cohorte de policiers et militaires dans un climat sanglant, alors ça se passe ici. Fidèle à lui-même, le duc finit par tuer le commissaire, habituellement perçu dans l’œuvre originale comme un allié de Batman. Comme une manière de signifier que l’autorité, c’est lui, et personne d’autres. Fort visuellement, puissant symboliquement.

“Ma tête” – Roméo Elvis, Le Motel, 2018

Un fond blanc, et un Roméo Elvis visiblement sujet à une croissance impromptue de l’oreille droite, voilà comment on pourrait résumer le clip de “Ma tête”. Réalisé par Krümp, ce clip animé nous plonge dans la détresse du rappeur et de ses problèmes d’acouphènes. Le visage de Roméo Elvis, une télé, une plante, des pilules… On assiste à une succession d’objets, parfois sans importance, mais qui crée une ambiance hypnotique.

Et aussi : “Maison” signe la réconciliation de Roméo Elvis.

Un fond blanc qui nous donnerait l’impression d’être à l’hôpital, et qui place ainsi Roméo Elvis comme un patient supportant de moins en moins ses acouphènes alors que les phases de son morceau défilent. Le MC finit en effet par arracher sa propre oreille défaillante, rendu fou par la souffrance. Le tube de médicament est vide, la bouteille d’alcool cassée, et «l’oreille siffle encore», tel un mal inaltérable.

“Dans le sang” – Doums, 2017

Tout autre style maintenant, retour dans l’univers des jeux vidéo rétro, version 16-bits, le tout réalisé par David Dutton. Doums présente en 2017 “Dans le sang” à l’occasion de son EP Pilote. Le rappeur se livre ici à une course effrénée entre vente de drogues, course poursuite avec les policiers de la ville, balade en voiture volante, live sur scène… Mais toujours accompagné de ses amis, à l’image d’Eff Gee qui apparaît brièvement pour sauver le MC des policiers.

Et aussi : Doums règle ses comptes violemment avec Sneazzy sur Twitter.

Témoin d’une génération marquée par ce genre de jeux vidéo en 16-bits, Doums dévoile un clip animé très inspiré des premières versions de jeux tels que Sonic the Hedgehog ou Street Fighter. Une ode à la nostalgie signée Doums.

“La vue du sang” – Georgio, 2017

Récit tragique d’un jeune soldat écœuré par la guerre, “La vue du sang” pose des images sur les maux de ce personnage narré par les mots de Georgio. Ce clip animé réalisé par Neil Ruffier Meray, illustre concrètement la souffrance qu’engendre la guerre. «Je n’émets aucun jugement, je ne critique ni l’armée ni les militaires, parce que je ne connais pas et cela ne m’intéresse pas, déclarait Georgie pour Le Rap en France, Je voulais juste raconter la naïveté d’un mec qui part à la guerre. »

Et aussi : Georgio : «J’ai fini le prochain album à 80%».

Visuellement, c’est très riche. La couleur rouge domine, celle du feu qui consume tout ce qu’il trouve à détruire. On relève par exemple des références au film Full Metal Jacket de Stanley Kubrick, lorsque les soldats marchent en contre-plongée d’un ciel envahi par les flammes d’une ville brûlée. Moins joyeux, plus réaliste, le morceau de Georgio se voit booster par ce clip animé qui, sans être trash, reste plus que parlant.

“Plume” – Nekfeu, 2016

«Lourd comme une plume», il est maintenant temps de s’envoler dans des douceurs lyricales le temps d’un son. “Plume”, l’un des titres à l’écriture la plus soignée du Fennec,  est accompagné d’un clip animé tout aussi élégant, signé Juliette Clausse. 3 minutes 30 à suivre le long d’un travelling avant, l’avancée d’un volatile. Sous les mers, dans la forêt… L’oiseau parcourt les décors, puis une plume lui échappe, et parvient jusqu’à Nekfeu.

Et aussi : La prod de “Humanoide” de Nekfeu était destinée à Alpha Wann.

Alors, l’imaginaire du rappeur, par l’intermédiaire de sa plume, prend le relais et nous invite chez les indiens, dans des bois lumineux, des chaînes de volcans. Finalement, l’oiseau voyageur est une analogie de la plume de Nekfeu, les deux étant des moyens de s’évader chacun à leur manière. Une ballade majestueuse qui sublime tout en légèreté le morceau du Fennec.

Commentaires

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2020 SAS INTERLUDE MÉDIA