Suivez-nous

Musique

Et c’est ainsi, au milieu d’un Bercy étoilé, que la fête s’est finie

Publié

le

Photo : @ahtlaqdm

6 décembre 2018 sur la scène de l’AccorHotels Arena et en direct sur TMC, OrelSan clôture sa tournée de plus de 80 dates. Retour sur les quatre temps forts de son quatrième Bercy de l’année.

“Aurélien, une chanson ! Aurélien, une chanson !” 

20.000 fans la réclament, cette chanson-discours qui vient renverser la table de ce repas de famille pourri. La scénographie est à la hauteur du clip : à chacun des 27 personnages cités, une photographie d’OrelSan, grimé en Nico, Muriel, Vincent… apparaît succinctement dans un cadre – ce genre de cadre atroce posé sur la table basse chez nos grands-parents.

Bon. Tout le monde s’est bien défoulé en s’imaginant s’adresser à sa propre famille. Et la même foule qui insultait Christian l’alcoolique et le grand-père mythomane cinq minutes plus tôt, chante désormais “On restera la meilleure famille qu’on n’est jamais eue”, en éclairant la salle de ses flashs d’iPhone.

“Défaite de la famille” et “La famille, la famille”, le titre de réconciliation entre le rappeur et les siens l’année suivante, s’enchaînent. Et on ne sait pas si l’on trouve cet enchaînement beau, logique, ou totalement schizophrénique : OrelSan et son génie.

S’il y a une chose qui ne change pas d’une année à l’autre, c’est l’amour illimité qu’Aurélien porte à sa grand-mère Jeannine. Et lorsque le visage de celle qui jouait son propre rôle dans Comment c’est loin apparaît sur écran géant, les fans hurlent son prénom, comme si elle était la rockstar qu’ils n’osaient imaginer voir de leurs propres yeux un jour. Une certaine forme de respect pousse le public à l’accompagner, avec douceur, sur le refrain aussi autotuné que touchant de “J’essaye, j’essaye“. Jeannine a apaisé la salle…

Match retour 

“Nwaar San Dems” par l’incroyable P-A Mulier (@ahtlaqdm sur Instagram)

… et Damso l’a hystérisée. 48 heures après son Bercy, c‘est toujours Dems. L’homme aux 10 poumons est venu cracher son couplet de Rêves Bizarres. OrelSan lui a retourné l’invitation, le binôme improbable se reforme et fonctionne toujours autant.

Les déçus, ceux qui dans la fosse réclamaient Nekfeu, Stromae ou Lomepal (présent pour l’avant-dernière date), et les télespectateurs qui tweetaient “Où sont les guests ?”, retrouvent le sourire quand Damso, puis les ensorcelantes sœurs Ibeyi, et Gringe, Suizon Black Ad et Vald, rejoignent OrelSan pour livrer tour à tour des lives inédits de leurs collaborations.

Clip aux 20.000 figurants

Il reste moins de 15 minutes de concert, OrelSan performe depuis 1 heures 40… Il lance soudain avec son inégalable nonchalance : “Qu’est-ce qu’on peut faire pour rendre la soirée encore plus mémorable ? Vous savez ce qu’on pourrait faire ? J’ai une petite idée. On pourrait tourner un clip maintenant. Est-ce que ça vous dit qu’on tourne un clip tout de suite ?” Bien sûr que ça lui dit au public survolté…

OrelSan fait un signe à Simon, le réalisateur, puis à son inséparable Skread pour qu’il lance Tout ce que je sais, l’entraînant featuring de l’épilogue de La fête est finie. L’américain BN Cordae, son “rappeur préféré du moment”, le rejoint pour un couplet, les figurants d’un soir sautent, chantent par coeur les paroles du morceau qu’ils ont découvert il y a 15 jours à peine, mais n’oublient pas de garder leurs lumières en l’air. Et le plus cher des décors studios ne vaudraient pas un Bercy étoilé par 20.000 lumières de flashs et de briquets.

Montée en puissance dantesque

Une éclairage rouge feu, un rideau qui se referme à mesure que l’homme dit adieu au monde, et OrelSan, en train de rapper son plus puissant titre, Suicide Social.

Il regarde tout le morceau durant la caméra “droit dans les yeux”. Et plus les paroles s’enchaînent, plus le regard du personnage suicidaire se durcit et les cordes vocales du rappeur se déchirent. OrelSan et l’art du crescendo. Il finit en transe devant un public comme mis sur pause. Bloqué. Voilà la définition de cette détestable expression, “la claque”. Plus rien ne bouge. Sauf les poils.