Ils nous l'ont (un peu) mis à l'envers en 2018 Ils nous l'ont (un peu) mis à l'envers en 2018

Grands Formats

Ils nous l’ont (un peu) mis à l’envers en 2018

Crédit photo : Ryan Grim

Publié

le

Invariablement, avec l’attrait pour un artiste, se développe mécaniquement chez l’individu un phénomène symptomatique de l’addiction : le manque. Et en 2018, quatre grands sevrages n’ont pas pu être effectués. Car malgré la multitude de sorties toutes plus satisfaisantes les unes que les autres, quatre monuments du genre manquent à l’appel : Ateyaba, Nekfeu, PNL, et Sexion d’Assaut. 

Les maîtres de l’attente

2018 vient de tirer sa révérence, et comment refuser de signer sa lettre de remerciement à une année si forte en surprises musicales rap en tout genre. Si 2017 avait essayé de vous prévenir de la sortie d’un projet sur lequel allait cohabiter Kaaris, Vegedream, Suprême NTM, Alpha 5.20 et Busta Flex, ne l’auriez-vous pas redirigé vers le psychiatre le plus proche afin qu’il lui prescrive son antipsychotique le plus puissant ? D’autant plus s’il avait agrémenté cette prédiction d’une autre prophétie toute aussi abracadabrante, faisant planer Doc Gynéco encore plus haut sur des nuages de chauvinisme loin de sa rue, et armé d’une volonté d’entrepreneuriat digne de la start-up nation : “j’inspire les jeunes à oeuvrer à travailler, à entreprendre et à s’marier.” Vraiment ?

Mais 2018 a bien été l’année de toutes les sorties rap. Des premiers albums de Gringe et Alpha Wann, en passant par les grands retours de Rohff et ATK, jusqu’à une réconciliation avec la scène pour NTM et TTC, nombreux sont les MCs qui ont su tenir leurs engagements ou surprendre le rap français en 2018. Toutefois, quand il faut en venir aux promesses, certains rappeurs de l’hexagone semblent parfois sujets à une amnésie passagère digne d’un homme politique.

Car pendant que Jul a sorti plus de morceaux que de semaines dans l’année, certains monuments du genre jouent avec notre patience en usant d’une dextérité digne des 13 minutes de Kylian Mbappé pour manger du Lyon. Tel 21 Savage, nous ont-ils purement et simplement oublié ? Ou prennent-ils le temps pour matérialiser un chef d’oeuvre ? On opte pour la deuxième option. En tout cas nous, nous ne les avons pas oublié. Et nous ne perdrons jamais espoir.

Joke passe le flambeau à Ateyaba

D’ordinaire, dans une optique de disparition ou de dissimulation, il est d’usage de changer son nom pour se faire oublier. Si Noël Flantier l’a fait, pourquoi pas Gilles Koffi Soler ? Le plan était parfait. Trop en avance sur son temps, le rappeur Joke et son album prévu initialement le 24 novembre 2017, puis le 2 février 2018, allaient disparaître dans un nuage de fumée ultraviolet pour laisser l’occasion aux autres de le rattraper. Car plus de trois ans pour un nouvel album, c’était trois ans de trop pour la communauté du Montpelliérain. Alors Joke se devait de prendre la poudre d’escampette pour laisser son nouvel alter-ego Ateyaba porter ce fardeau sur ses épaules. Une réelle épiphanie introspective ? Une stratégie de communication hors du commun ? Ou un running-gag digne des plus grands ?

Maintenant presque cinq ans depuis Ateyaba, Joke tient toujours son public en haleine avec des morceaux toujours aussi particuliers lâchés au compte-goutte, et des featurings redoutables. Les chiffres “111” affichés fièrement sur son compte Instagram depuis peu augureraient-ils la percée de rayons Ultraviolet(s) à travers les nuages du 11 janvier ? Ou la cryogénisation programmée du rappeur pour un projet tellement futuriste qu’il ne pourrait sortir qu’en 2111 ?

Ateyaba dévoile "Neo (911)", un nouveau titre psychédélique

PNL : les rois de la communication ?

Il y a maintenant plus de deux longues années de cela, les frères des Tarterêts étaient entrés Dans la légende. Plus jamais le mot “bulle” n’allait résonner comme avant dans vos oreilles, et la seule réponse possible à une question en langue russe devenait l’affirmative. Puis, à côté de leur musicalité presque aussi pure que le diamant dont sont faits leurs disques, impossible de leur enlever ce talent unique qu’ils ont pour la communication. Parce qu’être booké à Coachella sans avoir daigné donner une seule interview depuis toujours, même Eminem n’aurait pas osé.

Cependant après cette énième fausse alerte du 18 Mai, et la myriade de théories (toutes plus abracadabrantes les unes que les autres) qui entourent les rappeurs les plus attendus de France, graduellement, le doute s’est inséminé dans l’esprit des fanatiques de PNL. Et chez certains, le manque semble même avoir engendré une légère folie passagère. Ainsi, irons-nous jusqu’à appuyer l’hypothèse complotiste d’acteurs derrière un Programme Neuro-Linguistique, plutôt que de frères avides de Peace et de Lovés ? 

De toute manière, il y a plus de sept mois maintenant, l’espoir s’est embrasé. “Ça recommence…” s’affichait en majuscules blanches sur leur compte Instagram. Puis deux morceaux en moins de trois mois. Mais depuis, le troisième album semble s’éloigner à l’horizon avec des frères qui, comme la moitié de l’Équipe de France, semblent avoir préféré la “Battle Royale”. Des stickers Snapchat ? Une projection unique de leur tournée à la Géode ? Les Rois de la com’ vont-ils vraiment recevoir le disque d’émeraude en 2019 ? Nous ne sommes pas dupes. L’année 2019 semble avoir plus de chances de marquer l’entrée fracassante de leur chimpanzé Mowgli dans les classifications du SNEP…

PNL ont répondu présents à la programmation des Ardentes

L’hyper-productivité procrastinatrice de Nekfeu

Comment en vouloir à l’homme qui a accumulé les collectifs et projets exemplaires, presque autant que Sean Bean a accumulé les décès sordides derrière la caméra ? Et cela seulement en une petite quinzaine d’années de carrière… Que ce fut avec 1995, L’Entourage, le S-Crew et 5 Majeur, sur des featurings volatiles, ou en solitaire, le Fennec a réussi à incendier le rap français d’un Feu inextinguible depuis. Et un album surprise. Un des plus beaux cadeaux qu’un artiste puisse faire à son public. Mais depuis Cyborg, Ken Samaras paraît avoir été victime du plus grand mal du XXIe siècle : la procrastination.

Depuis décembre 2016, Nekfeu semble avoir dédié sa plume presque exclusivement à autrui. En seulement un an, après avoir clôturé 2017 sur un grand trio avec Orelsan et Dizzee Rascal. Il dédie deux featurings à son grand ami Jazzy Bazz, un à son compère S-Pri Noir, un à son frère spirituel PLK. Et comme si cela ne suffisait pas, il réussit dans le même temps à se découvrir acteur aux côtés de Catherine Deneuve dans “Tout nous sépare”, et à monter une collaboration unique entre la marque Seine Zoo Records et Agnès B.

Une productivité presque stakhanoviste du rappeur, comme si tout devenait prétexte à ne pas répondre aux suppliques de sa multitude de fans. Et comme pour tous ces rappeurs tant attendus, spéculation et suspicion deviennent les maîtres mots des impatients… Pourrait-il avoir détruit la maquette de son album en réduisant en pièce un ordinateur sur la scène des Solidays ?  Ah, et la suite de La Suite ?

Nekfeu Costa Rica

Des adieux inéluctables à la Sexion d’Assaut ? 

Douce rêverie ou prévision fondée ? Voilà presque six longues années que l’un des collectifs ayant vendu le plus d’album de toute la sphère rap française fait miroiter son hypothétique retour sur le devant de la scène. Depuis l’Apogée en 2012, le Retour des Rois apparaît dans le paysage rapologique comme une chimère récurrente à laquelle on aime à espérer, tout comme une victoire du Paris Saint-Germain en Ligue des Champions. Mais comme depuis une demi-douzaine d’années, 2018 n’aura pas répondu à nos supplications. Car malgré une ribambelle de projets individuels, une promesse collective sur la scène de Lefa, Maitre Gims va devoir revenir sur sa parole en rejetant la faute sur un contentieux que lui et ses avocats ne peuvent digérer avec le label de la Sexion : Wati-B.

Ainsi, 2018 n’aura donc pas été l’année du dernier assaut pour la Sexion. Dissoute pour de bon ? Croisons les doigts pour que le Michael Jackson français” puisse démêler tous ces pinceaux pour permettre un retour du collectif en 2019 dans un monde rap qui a bien changé.

Réunis sur scène, la Sexion d'Assaut annonce son grand retour

Advertisement
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *